PARTAGER

Une co-présidence avec le duo, Babacar Guèye-Mazide Ndiaye, assisté d’universitaires. Tel est le souhait de la Société civile après l’annonce de la mise place d’une commission indépendante pour le dialogue politique. Un tandem qui ne fait l’objet d’aucune objection de la part du Frn.

La Société civile n’a pas perdu de temps pour proposer des noms capables de diriger la commission cellulaire indépendante qui doit conduire les travaux du dialogue politique. Il s’agit du Pr Babacar Guèye et de Mazide Ndiaye. Directeur exécutif de l’Ong 3D, Moundiaye Cissé estime que ce duo pourrait faire l’affaire dans le cadre d’une co-présidence. «Nous pensons qu’une coprésidence serait une excellente chose avec le duo, Pr Babacar Guèye-Mazide Ndiaye, aidé d’universitaires comme Alioune Badara Diop et Alioune Sall par exemple, qui peuvent être leurs assistants. La coprésidence présenterait l’avantage d’avoir un président et un vice-président. Quand l’un est absent, l’autre est présent. L’intérêt est que Babacar Guèye, qui est juriste avec son expérience à la Cena en 2004, soit assisté de Mazide Ndiaye qui n’est pas juriste, mais qui a l’expérience et la sagesse», a prôné M. Cissé, joint hier par téléphone. Cependant, le directeur exécutif de l’Ong 3D précise que cette liste n’est pas exhaustive car «d’autres personnalités peuvent faire le travail. Il y a Alioune Sall, Alioune Badara Diop. On a un vivier de personnalités indépendantes en mesure de diriger cette commission indépendante».

Moctar Sourang du Frn : «On n’a aucune objection
sur les propositions de la Société civile»
Si la majorité n’a pas émis d’objection sur la proposition de la Société civile, la position de l’opposition, absente à la Direction générale des élections hier, est très attendue. Le Front de résistance nationale doit se réunir pour dégager sa position mais d’emblée son coordonnateur éprouve du «respect» pour Babacar Guèye et Mazide Ndiaye. «Mazide Ndiaye a joué un rôle important pour ce qui concerne l’organisation d’élections, le processus électoral… C’est le cas aussi de Babacar Guèye. On n’a rien à dire par rapport à ces deux personnalités. On n’a aucune objection les concernant. La Société civile est dans son droit de proposer des noms. Nous attendons d’être saisis pour prendre une position au niveau du Frn», a répondu Moctar Sourang au bout du fil. L’autre option préconisée par la Société civile, «c’est de nommer un président qui choisit ses assistants, ceux qui vont l’accompagner en présence des pôles», a précisé Moundiaye Cissé.
bgdiop@lequotidien.sn

1 COMMENTAIRE

  1. Il faut décidément que les politiciens cessent de prendre ce pays en otage. A ma connaissance, il n’y a pas un seul chef de parti qui a une activité professionnelle publique connue.
    Ils doivent cesser de parler et essayer de pacifier ce pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here