PARTAGER

Le Front démocratique et social de résistance nationale (Frn) souhaite une accélération du processus de dialogue permettant de produire les résultats attendus par les Sénégalais dans des délais raisonnables. Il veut surtout la prise en charge des objectifs spécifiques relatifs à l’audit du fichier et à l’évaluation du processus électoral, dont le début de mise en œuvre est attendu depuis le 8 août 2019. En effet, la conférence des leaders a fait une première évaluation de la participation du Front au dialogue politique qui est dirigé par le général Mamadou Niang. «A l’étape actuelle, des consensus forts sont obtenus sur certaines préoccupations ma­jeures de l’opposition, notamment l’audit sur pièce et sur place du fichier électoral et l’évaluation exhaustive des dysfonctionnements notés lors des élections passées. Il reste cependant à les mettre en œuvre le plus rapidement possible pour éviter un impact trop important sur la date des élections à venir.» Après avoir adressé ses vives félicitations aux plénipotentiaires de l’opposition, la conférence des leaders les a encouragés à poursuivre leur travail dans l’esprit «de clarté, d’ouverture et d’ingéniosité qui a été le leur jusqu’ici».
Réunis hier au siège de Bokk gis gis, les leaders membres du Front démocratique et social de résistance nationale (Frn) ont réaffirmé leur ferme volonté de continuer à conjuguer leurs efforts pour atteindre leurs objectifs communs. Son coordonnateur Moctar Sourang et ses camarades ont rappelé que le Frn demeure ainsi une plateforme privilégiée de dialogue et d’initiatives con­certées ayant en vue l’approfondissement de la démocratie au Sénégal, la sécurisation du processus électoral, les libertés et droits humains, la gestion trans­parente des ressources naturelles, entre autres. Sur un autre sujet, ils se sont réjouis de la libération d’un de ses «éminents» membres, Khalifa Ababa­car Sall, ex député-maire de la ville de Dakar.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here