PARTAGER

Les enseignements-apprentissages dans la nouvelle ville de Diamniadio ne se limiteront pas seulement aux études supérieures et métiers. A côté des infrastructures dédiées telles que la Cité du Savoir ou l’Université Amadou Makhtar Mbow, vont être implantés d’autres édifices pour le moyen-secondaire et l’élémentaire. Le délégué général aux Pôles urbains en a fait l’annonce jeudi. «Le pôle urbain est une ville qui va compter 350 mille habitants à terme, 40 mille logements et beaucoup d’activités. Nous avons tout un programme sur l’éducation (…) La ville est composée de quatre arrondissements, et dans chacun d’eux il est prévu un lycée, des collèges, des écoles pour l’élémentaire et le préscolaire», a fait savoir Seydou Sy Sall sans pour autant faire de précision sur le nombre de lycées et collèges d’enseignement à cons­truire.
Cette politique d’implantation d’écoles va ainsi offrir un enseignement de qualité pour les futurs résidents et autres élèves habitant les communes autour du pôle urbain. Le délégué général s’est exprimé en marge d’une visite du chantier de l’Ecole internationale de Diamniadio. Ce projet d’un coût de 7,5 milliards de francs découle d’un partenariat entre le Groupe Teyliom et la Cité scolaire internationale (Csi). C’est dire que le privé ne sera pas en reste dans le maillage de la ville nouvelle en établissements scolaires. «Le secteur privé réalise la ville de Diamniadio à côté de l’Etat. Nous avons travaillé sur un modèle institutionnel et financier qui permet la conjugaison d’efforts entre l’Etat et le privé», a relevé à ce propos M. Sall, faisant savoir que cela découle d’une volonté claire et affichée par l’Etat. «Il a été demandé à chaque développeur de réaliser, en dehors du logement ou de la fonction hébergement, deux autres fonctions économiques et Teyliom, travaillant dans cette perspective, est en train de réaliser cette grande école», a-t-il fait savoir avec la conviction que les autres développeurs vont suivre. «C’est le projet d’une école internationale promue par le groupe Teyliom et la Csi déjà présente dans l’éducation. Elle va décliner trois programmes : un programme sénégalais, un programme français et un programme international», a expliqué Mamadou Asta Diakhaté, secrétaire général du groupe Teyliom. Cet établissement, avec des classes allant de la Maternelle à la Terminale, va être bâti sur 5 hectares et sera fonctionnel, selon M. Diakhaté, à partir de la rentrée scolaire 2020.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here