PARTAGER

Quand il parle, c’est toujours la nostalgie de la voix des années fin 90. Correspondant de Sud Fm aux Etats-Unis, Dame Babou fait partie de ceux que les jeunes de la génération première alternance ont admirés dans les moments forts de la radio au Sénégal. Le journaliste, propriétaire de la radio African time, est encore dans son domaine, même s’il a aujourd’hui son cabinet de communication et de relations publiques. «Je travaille avec des gouvernements africains, no­tam­ment guinéen, ivoirien. Et à une époque récente avec l’Etat du Sénégal, mais aussi avec des compagnies privées», précise-t-il. M. Babou qui a foulé le sol américain depuis 1988 a été investi sur la liste du Ras­semblement démocratique sénégalais (Rds) de Mame Matar Guèye dans la circonscription Amérique-Océanie. Il y va avec sa suppléante Binetou Oumar Diallo du parti de Cheikh Tidiane Gadio au Canada sous le slogan de Kaddug diaspora (la voix de la diaspora). Ce père de 4 enfants compte remporter le seul siège réservé aux Sénégalais de ce département. «Il faut donner beaucoup plus d’ambitions au rôle d’un député. Ce n’est pas simplement des propositions de loi, voter des lois et contrôler l’action du gouvernement. Il faut aller plus loin», estime-t-il. Après un constat sur la pratique parlementaire des élus américains, M. Babou se rend compte que le député doit jouer «un rôle de pression, d’influence, de négociation et même de marchandage de son vote en fonction des priorités des gens qui l’ont élu».
Et c’est ce qu’il entend faire pour la mise en place d’une loi pour la protection des investissements des Sénégalais de la diaspora. «Ma priorité, c’est l’investissement des émigrés. Il faut le sécuriser, l’encadrer. Il faut aussi créer le maximum d’informations à ce propos, mais surtout durcir la loi contre les arnaqueurs de l’argent des émigrés ou même créer une nouvelle pénalité contre les personnalités publiques et celles du privée qui sont de véritables complices des arnaqueurs si elles ne sont pas elles-mêmes des arnaqueurs», déclare-t-il.
Mais en même temps, cet ancien du Rassemblement national démocratique (Rnd) de Cheikh Anta Diop dans les années 80 veut proposer dans son programme de campagne l’assistance judiciaire et la protection des compatriotes à l’étranger. «Que le gouvernement du Sénégal commence à insister que ça soit en Afrique en Europe ou ailleurs auprès de nos partenaires quand on arrête un citoyen sénégalais. Que le gouvernement soit informé immédiatement et que les postes consulaires et diplomatiques soient dotés de budget pour pouvoir se déplacer pour aller visiter les prisons où il y a des sénégalais», plaide ce membre fondateur du Plp avec Me Babacar Niang.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here