PARTAGER

Cette élection, il la prend pour une véritable tribune. Moussa Sow a l’esprit «révolutionnaire» dans le ton. Candidat de l’Union citoyenne/Bunt-bi en Gambie, il espère une autre Assemblée. L’enfant de Kasnack (Kaolack), voisine de Banjul, a choisi l’autre frontière, après avoir abandonné les études. Il dit : «J’ai arrêté en classe de Cm2 pour aller en Gambie vers 1981.» Il aura donc traversé tous les régimes, de Diawara à Barrow, en passant par Jammeh. La première aventure gambienne fut courte et il retourne à Kaolack pour se mettre au métier de tailleur pendant 3 ans. Mais cet ambitieux voit son étoile briller plus loin. Il fait un «tour de l’Afrique, presque 13 pays». C’est peut-être ce qui justifie le panafricanisme dont il veut être le paladin jusqu’au bout. «Ma plus grande ambition, c’est de servir l’Afrique. Je fais partie d’une organisation panafricaniste dénommée Africa united development peace and solidarity», dit-il. Mais on dirait que le destin gambien était apposé sur le front de ce sérigraphe. «J’ai poursuivi mes études en cours du soir jusqu’en 3ème, puis j’ai fait des formations en informatique, infographie et sérigraphie», souligne-t-il. Ce «bleu» en politique abhorre la «politique politicienne» qui, dit-il, n’a rien donné dans ce pays. «Je suis  dans la politique depuis 3 ans. Je ne dirai pas que j’ai un parcours politique. C’est seulement cette année que j’ai intégré l’Uc/Bunt-bi pour mettre à la touche ces politiciens qui ne défendent que leurs intérêts. Jamais les intérêts du Peuple ne les ont préoccupés», fulmine-t-il. Moussa Sow veut une Assemblée «véritablement nationale» et non «partisane». Ce quinquagénaire «adopté» par le voisin glisse l’anglais gambien à tout-va dans un wolof sénégalais, couramment assimilé. La Gambie, de Jammeh à Barrow, le fascine même si lui et ses compatriotes souffrent de difficultés d’accès à certains services, comme la santé. «Dans certains hôpitaux, là où un Gambien peut payer un ticket de 200f pour se soigner, un Sénégalais peut débourser jusqu’à 5 000 f. Et même par exemple pour les pêcheurs et tailleurs qui sont étouffés par les taxes. Voilà pourquoi je proposerai l’élargissement de la Couverture maladie universelle aux Sénégalais établis en Gambie», promet Moussa Sow.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here