PARTAGER

Après avoir dirigé la commune de Diass pendant 18 ans, le maire Aliou Samba Ciss a été rappelé à Dieu. Cependant, ses camarades de parti ne semblent pas vouloir se mettre d’accord pour préserver son fauteuil dans leur camp. Ce qui risque de profiter au Socialiste Cheikh Tidiane Diouf qui, déjà, assurait l’intérim de la mairie depuis la disparition de M. Ciss.

Trois mois après le décès de son maire Aliou Samba Ciss, après une longue maladie, le Conseil municipal de Diass, qui compte 46 conseillers, sera aujourd’hui aux urnes pour choisir en son sein le successeur du défunt maire. Mais cette commune qui a, pendant 18 ans, été dirigée par un maire issu de l’Alliance des forces de progrès (Afp), de Moustapha Niasse, court le risque de connaître une alternance, avec le siège du maire revenant au parti socialiste du fait d’une forte division des forces du parti majoritaire.
En effet, la liste des héritiers est longue, chacun voulant se présenter comme le digne successeur du défunt et très populaire maire. Une bataille ouverte aux conséquences politiques incommensurables pour la coalition au pouvoir, car elle risque d’opposer le parti socialiste au parti allié de l’Alliance des forces du progrès (Afp).
Parmi les candidats, celui qui depuis trois mois, a assuré l’intérim du maire, et qui n’est autre que le premier adjoint, Monsieur Cheikh Tidiane Diouf, membre du Parti socialiste. Il avait été porté à ce poste suite à une alliance. Mais au vu des problèmes auxquels il a dû faire face dans sa cohabitation avec l’Afp, il n’est pas évident qu’il accepte de céder facilement le fauteuil sur lequel il a manifestement pris goût à s’asseoir. Sans doute espère-t-il sur la coalition qui l’avait porté à ce niveau pour rempiler, en remportant cette fois la place du maire elle-même. D’ores et déjà, il est assuré de bénéficier des suffrages des 12 conseillers issus du même Parti socialiste que lui et qui lui seront fatalement fidèles car il s’agira de défendre les acquis de leur parti.
C’est dans le camp du défunt maire que les choses vont se compliquer car depuis le décès de ce dernier, l’Afp est devenue une armée mexicaine où la bataille des ambitions qui s’est ouverte ne se fait même plus à fleurets mouchetés. En principe, c’est Issa Diouf qui devait être le patron de l’Afp à Diass parce qu’il était le numéro 2 du parti. Néanmoins, même s’il bénéficie de la reconnaissance des instances de l’Afp au niveau national, s’il ne parvient pas à rassembler les membres de son parti autour de sa candidature, les choses pourraient devenir compliquées pour son parti, l’Afp. Car il semble que les partisans du président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse, sont en voie de présenter trois candidats pour ce poste. Cela semble suicidaire, si l’on sait que, bien que majoritaire, ce parti ne compte que 14 conseillers sur la liste municipale de Diass. En effet, un autre membre de ce parti, à savoir Mamadou Diouf de la Commission urbanisme, pense avoir également toutes ses chances pour le fauteuil de maire de la commune de Diass.
En dehors de ces deux partis en principe alliés, l’opposition également aura son mot à dire dans cette élection, en nouant des alliances avec les candidats, avec l’espoir de figurer dans le Bureau municipal.
Malgré la médiation de Alioune Sarr, le patron de l’Afp dans la région de Thiès, qui a tout tenté pour arrondir les angles entre les membres de la coalition au pouvoir, les candidats à la mairie de Diass campent toujours sur leurs positions, ce qui présage une élection très serrée et dans laquelle personne ne fera de cadeaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here