PARTAGER

Baye Demba Sow a traduit l’œuvre de Mame Cheikh Ibrahima Fall, «Diazboul mouride», source de la voie Baye-Fall, un pan important du Mouri­dis­me. L’œuvre a été présentée il y a quelques jours à Dakar.

Baye Demba Sow suit les pas de Mame Cheikh Ibrahima Fall. En effet, la traduction de l’œuvre de Mame Cheikh Ibrahima Fall, fondateur de la voie Baye-Fall de la confrérie mouride, contribue à perpétuer l’œuvre du «saint homme». Il estime qu’il est grand temps que les gens connaissent le message de Mame Cheikh Ibrahima Fall. «On a voulu partager le message avec l’humanité. C’est en ce sens que Diazboul mouride est traduit en français, anglais et arabe, afin de pérenniser la pensée du fondateur de la voie Baye-Fall», déclare l’auteur. D’ailleurs, soutient Baye Demba, «il y a des Mourides qui entendent parler de Diazboul mouride, mais ne savent pas quel est son contenu». L’auteur de la traduction entend donner la possibilité au monde d’avoir une idée juste de l’œuvre du Cheikh de Bamba. «Je veux donner la possibilité aux gens de pouvoir juger et discuter des principes de la voie Baye-Fall, telle qu’enseigné par Mame Cheikh Ibrahima Fall.»
«Toute pratique cultuelle dénuée de son sens devient une obligation», enseigne l’adepte mouride. L’œuvre écrite en acrostiche, c’est-à-dire avec chaque premier vers qui forme un mot ou un nom, développe divers thèmes, notamment la prière, le jeûne, la relation avec les guides spirituels ou saints, la référence aux parents. Diazboul mouride exhorte en somme les croyants à «être au service des saints qui sont les héritiers du prophète Mohamad».
Les vingt ans de cheminement entre Baye Demba et Serigne Cheikh Ndiguel Fall ont motivé la traduction de la source spirituelle de celui qui dit «être Baye-Fall et vivre comme tel». Baye Demba Sow, fils de l’écrivain Aminata Sow Fall, incarne la carrure du Baye-Faal. Le teint noir, d’un grand boubou vêtu, les dreadlocks couvert d’un bonnet, les «ndomb» (anneaux en cuir) et chapelets autour du cou, du haut de son imposant mètre quatre-vingt, l’homme ne passe pas inaperçu. «Malheureusement, il y a plein de préjugés sur les Baye-Fall. Il est temps que les jeunes perçoivent de manière claire le message de Mame Cheikh Ibrahima Fall. Dans le livre, il dit : ‘’Enivrez-vous de prières ou de jeûne, de dons pieux et en vous mettant au service des saints ! Il est temps que les gens sachent que le message de Mame Cheikh Ibrahima Fall ne sort pas du message de l’islam», regrette Baye Demba Sow.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here