PARTAGER

Le vendredi est chez les musulmans un jour saint. Cette journée du vendredi avait un cachet particulier : l’inauguration de la Grande mosquée de Massalikoul Djinane par le Khalife général des Mourides Serigne Mountakha Mbacké par la prière du Juma, devant des milliers de fidèles venus de tous les coins du Sénégal. Parmi eux, deux fidèles de marque : l’ancien président de la République Abdoulaye Wade et son successeur le Président Macky Sall. Les Sénégalais suivaient avec beaucoup d’attention cet événement, non sans présager chez beaucoup l’ambiance de ce jour,  compte tenu des rapports froids constatés depuis des années entre ces deux grandes figures de notre Nation qui ne se sont rencontrées depuis de nombreuses années. L’exception sénégalaise une fois de plus avait eu raison des pronostics les plus pessimistes, alarmistes de la suite des événements. Devant le monde entier, les deux hommes se sont retrouvés au grand soulagement, bonheur indescriptible des citoyens de tous bords.
Beaucoup n’ont pu se retenir de voir ces images transmises par les médias des deux présidents s’embrasser et rentrer à bord du véhicule présidentiel. Le Khalife général venait ainsi de concrétiser le vœu cher de tous les sénégalais, comme il me l’avait promis un matin de septembre 2013. Ce jour-là, sur la route de Ndombo, mon village natal dans le Walo, mon téléphone sonna. Au bout du fil, c’était Serigne Mountakha Mbacké. Après les salutations d’usage et les marques de politesse caractéristiques du Saint Homme, il m’avait dit qu’on m’a entendu en revue de presse relatant une interview où je disais : «Rien  de mal qui doit atteindre le Président Ablaye wade ne devrait  provenir du Président Macky Sall.» Et là, il m’avait raconté la visite qu’il avait faite à la mère du Président Macky de son vivant  à l’hôpital. La bonne dame lui avait fait part de son vœu d’une relation continue entre son fils et le Président Abdoulaye Wade à qui elle et son regretté époux témoignent toute leur gratitude pour ce qu’il a fait pour leur fils en le nommant à de très hautes fonctions. «S’il devait prendre un couteau pour l’égorger, il souhaite à ses proches de bien tenir raide Macky Sall pour faciliter la tâche à Abdoulaye Wade, comme  le Prophète Ibrahima avait fait à son fils Ismaïla.»
Le ministre Samuel sarr m’avait confirmé plus tard, un jour, devant madame Viviane, qu’il était présent parce que c’est lui qui ramenait tous les jours le repas à l’hôpital sur ordre du Président Abdoulaye Wade.
Lorsque j’avais fait part au marabout de ma hantise que le Président Wade disparaissait un jour dans ces circonstances de conflit sans que le Président Wade et le Président Sall ne se réconcilient, Serigne Mountakha m’avait assuré sur sa foi sur Serigne Touba que mes inquiétudes ne vont pas se réaliser. Il m’avait dit de continuer sur cette lancée de toujours faire le rapprochement entre les deux hommes et de rendre visite au Président Wade. Car disait-il, il était convaincu que les deux personnes se vouent un amour réciproque. Ce que moi et beaucoup souhaitaient s’est réalisé hier lors de l’inauguration de la Mosquée.
Loin de Dakar, je suis très ému et remercie le Khalife Serigne Mountakha et toutes les bonnes volontés religieuses qui n’ont eu de cesse de faire des démarches pour réconcilier le père et son fils.
Maître Djibril WAR

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here