PARTAGER

Les choses se précisent davantage dans l’affaire des 89 candidats à l’émigration clandestine interpellés lundi dernier sur l’île de Dionewar par les éléments de la brigade de gendarmerie de Fimela. En effet, les auditions qui ont été menées par les pandores depuis lors les ont amenés, sur ordre du procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Fatick, à libérer, hier entre 12 et 14h, 87 d’entre eux, considérés plutôt comme des victimes. Cependant, l’adjudant-chef, Mamadou Fall, commandant de la brigade de gendarmerie de Fimela, a confié par téléphone au journal Le Quotidien que deux individus de nationalité ghanéenne sont toujours en détention à Fimela et seront déférés au Parquet d’ici à vendredi. Il s’agit du capitaine de la pirogue et de son second, âgés respectivement de 41 et 38 ans. Les enquêtes sont toujours en cours pour essayer de mettre la main sur les autres membres de la bande.
Pour rappel, ces 89 candidats à l’émigration clandestine dont 39 Sénégalais, 41 Ghanéens, 5 Gambiens, 3 Sierra-Léonais et 1 Libérien avaient embarqué à partir des environs d’Elinkine, en Casamance, avant de voir leur pirogue qui a connu quelques difficultés, échouer sur l’île de Dionewar. Alertée par les populations locales, la gendarmerie n’a pas perdu de temps pour intervenir et procéder à leur interpellation. Pour les besoins de l’enquête ouverte à cet effet, 50 de ces personnes ont, par la suite, été gardées à vue à la brigade de gendarmerie de Fimela et les 39 autres à la brigade de Fatick.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here