PARTAGER

Après Mlomp en 2016, c’était au tour cette année de Diouloulou d’offrir son hospitalité à la communauté catholique dans le cadre de la 12ème édition de l’Assemblée générale de l’Union des associations féminines catholiques du diocèse de Ziguinchor (Udafcz). Ces assises qui constituent un événement spirituel majeur de la vie de la famille diocésaine et des femmes catholiques, tant par sa régularité que par sa grande mobilisation de ses membres, fut l’occasion pour les femmes de prendre conscience de leurs responsabilités de mère.

Elles étaient près de 1 500 femmes catholiques de la région à converger ce week-end à Diouloulou pour les assises de l’Union des associations féminines catholiques du diocèse de Ziguinchor (Udafcz), organisées par la paroisse Saint-Antoine de Porres. «Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait» : c’était le thème de cette rencontre présidée par l’évêque de Ziguinchor, Paul Abel Mamba. Cette rencontre, selon la présidente des 27 Associations féminines catholiques, est l’un des organes consultatifs qui permettent aux membres de donner leur avis sur la marche de leur union et qui constituent également un cadre pour interpeller et discuter sur les questions de l’Eglise et de la société. «Et cette année, nous réfléchissons sur le soutien et l’affection que nous devons apporter aux plus démunis, aux personnes fragiles et pour qui nous consacrons très souvent peu de notre temps», soutient Marie Angel Diatta. Pour la présidente de l’Udafcz, il n’est pas rare que les femmes soient à l’origine de ces situations difficiles par leur manque d’attention ou par leur indifférence coupable. «Que faisons-nous pour apporter la lumière à ces visages assombris par la pauvreté, le manque d’affection, le chômage, la drogue et l’alcool ?», s’est-elle interrogée. Des questions qui ont porté, note-t-elle, sur leurs réflexions et sur lesquelles elles continueront à travailler à la base dans les paroisses. Le maire de Diouloulou, Malang Thiam, et l’adjoint au sous-préfet de Kataba I, qui ont tenu à être à côté des femmes, disent d’ailleurs beaucoup attendre de ces assises dont les conclusions seront prises en compte, arguent-ils, dans le cadre de la définition des politiques sociales de leurs collectivités.
Occasion également saisie pour l’édile de Diouloulou de rendre un vibrant hommage à la gent féminine à travers l’œuvre grandiose de Lucie Sadio et de Virginie Ndiaye, deux figures féminines qui ont beaucoup contribué à la formation et à l’épanouissement des populations de Diouloulou. L’évêque de Ziguinchor qui a présidé ces assises et qui a apporté un témoignage positif pour cette communauté chrétienne, musulmane et pour l’ensemble de ces populations n’a pas manqué de prier pour toutes les bonnes volontés et pour que ces journées de retrouvailles, de communion fraternelle et de soutien les uns avec les autres soient aussi des moments de prière afin que cette région connaisse véritablement la paix et qu’elle amorce le développement pour un Sénégal émergent.
 imane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here