PARTAGER

La Sonacos a prévu d’injecter plus d’1,5 milliard dans ses unités de production pour marquer la renaissance de cet établissement qui a dernièrement connu des années sombres.

Dans le cadre des préparatifs de la campagne de commercialisation de l’arachide 2020-2021, le directeur général de la Sonacos, Modou Diagne Fada, a été samedi à Diourbel, où il a décliné les enveloppes prévues pour les différentes unités de l’établissement. Il a fait savoir que la Sonacos de Diourbel recevra plus de 350 millions de francs Cfa, celle de Dakar près de 350 millions, Lyndiane à Kaolack aura plus de 750 millions et celle de Louga, près de 100 millions de francs Cfa. Pour M. Diagne, ce financement qui sera attribué à ces différentes industries permettra de revitaliser et redémarrer un certain nombre d’activités pour marquer la renaissance de l’établissement.
Sur la campagne de commercialisation, M. Fada a échangé avec les opérateurs sur les dispositions prises par la Sonacos pour une bonne commercialisation de l’arachide, notamment sur tous les travaux qu’a entrepris la société pour réceptionner les graines dans les meilleures conditions, mais aussi toutes les démarches qu’elle a menées pour le financement de la campagne arachidière. Le directeur général a annoncé qu’une partie du financement de cette campagne est déjà disponible et l’autre est en négociation. Aujourd’hui, dit-il, «nous pouvons considérer qu’avant la fin de l’année, nous aurons 26 millions d’euros comme début, parce qu’ils proviennent des montants qui nous ont été accordés l’année dernière que nous n’avons pas épuisés. L’an passé, nous avons reçu 45 millions d’euros de nos partenaires et nous n’avons utilisé que les 19 millions d’euros. Les 26 millions d’euros seront mobilisés avant la fin du mois d’octobre 2020 et au moment où nous parlons, nous avons déjà saisi le ministre de l’Agriculture et de l’équipement rural qui a, à son tour, saisi son collègue de l’Economie, du plan et de la coopération qui est un peu l’interface de l’Etat avec les partenaires techniques et financiers. Le ministre Amadou Hott a introduit auprès de la Banque islamique de développement (Bid) une requête de financement d’un montant important», a-t-il détaillé. A l’en croire, ils auront suffisamment de financements à la prochaine campagne arachidière. Pour lui, il revient aux opérateurs de porter leur choix sur la Sonacos et de drainer les graines vers cette industrie nationale. M. Diagne a également tenu à préciser que cette année, ils sont prêts à une hausse du prix aux producteurs tout en soulignant que le moment venu, le Comité national interprofessionnel de l’arachide (Cnia) convoquera les acteurs pour en échanger.
M. Diagne a aussi profité de sa tournée pour constater le redémarrage des activités de l’unité de fabrication de vinaigre. «Nous avons plus de 4 700 cartons de vinaigre disponibles, une commande de livraison de 1 000 tonnes est en cours pour Saint-Louis. Donc le vinaigre est revenu. C’était une promesse de la direction générale de la Sonacos l’année dernière et nous avons tenu à la réaliser. L’atelier de conditionnement de l’eau de javel est en train d’être réalisé, c’est-à-dire bien avant la fin de l’année, l’eau de javel reviendra aussi à Diourbel. Ce qui doit être une grande fierté pour les populations», soutient M. Fada.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here