PARTAGER

Les festivités marquant les 100 ans d’existence de l’église Notre Dame des Vic­toires de Diourbel ont eu lieu ce week-end. La messe qui a réuni les sept paroisses du do­yenné a été dirigée par l’archevêque émérite de l’archidiocèse de Dakar, monseigneur Théodore Adrien Sarr. Cette célébration a permis de revisiter toutes les fa­cettes de la culture diourbelloise et à l’évêque du diocèse de Thiès de s’exprimer sur le dialogue interreligieux.

L’annonce du maire de Diourbel d’immortaliser abbé Maurice Gning a été fortement applaudie par les fidèles catholiques, venus nombreux participer aux festivités marquant le centenaire de l’église Notre Dame des Victoires de Diourbel. Désormais, la rue qui passe devant l’église et se termine à l’Inspection d’académie va porter le nom de ce défunt prélat qui a eu à assurer les charges de curé de cette paroisse de 1995 à 2001. Cette décision a été saluée par monseigneur André Guèye, évêque du diocèse de Thiès. Prenant la parole à la suite du député-maire Malick Fall, l’évêque invitera les fidèles catholiques à honorer de leur présence les associations et à y participer activement.
En politique, il leur enjoint. «Engagez-vous !» Toutefois, il leur demande de «redoubler d’efforts, d’être plus unis, plus solidaires et d’avoir pitié des démunis. Venez fréquemment à la paroisse !» Quid des jeunes ? L’évêque conseille : «Vous n’êtes pas sans savoir que le Sénégal, comme les pays de l’Afrique de l’Ouest, vit une situation très difficile, surtout chez les jeunes. Je ne voulais pas faire une allusion explicite, mais vous les jeunes avez compris dans quel sens je parlais. J’ai appelé les jeunes à s’impliquer dans le développement du pays, mais à partir de cette cité il est possible de trouver quelque chose. Le développement ne tombe pas du ciel. J’ai appelé au travail manuel parce que tous les pays développés sont passés par-là. Il ne faut négliger aucun métier pourvu qu’il serve à la dignité personnelle et au développement de la cité. Il faut aussi que les parents s’engagent dans cette œuvre en n’encourageant pas les jeunes à aller ailleurs. Il est possible d’être heureux chez soi. On est même plus heureux chez soi.» Il a remercié la communauté musulmane pour son ouverture. «Si les chrétiens sont là depuis 100 ans, cela veut dire que la foi catholique fait partie de l’identité de cette ville. La présence de l’Eglise n’est pas un obstacle à cette ville. Au contraire, c’est une chance que l’Eglise participe au développement de cette ville. La bonne entente entre catholiques et musulmans est une fierté pour nous. Célébrer un jubilé est un motif de fierté, mais cela appelle aussi à des obligations et à un engagement personnel», explique monseigneur Guèye. Il ajoute : «Ce sont les catholiques qui doivent redoubler d’efforts pour réhabiliter l’Eglise. C’est à eux de la rénover.»
Interpellé sur le dialogue politique initié depuis quelque temps par le chef de l’Etat, l’évêque de Thiès avance : «Pour dialoguer, il faut quelqu’un qui offre. Le chef de l’Etat a montré sa disponibilité. Person­nelle­ment, je parle en mon nom propre pour que tout le monde s’ouvre à cet appel parce que sans dialogue, on ne peut pas développer ce pays. C’est dans le dialogue que réside la paix, les prémices du développement. Donc, j’en appelle à un dialogue sincère et inclusif.» S’exprimant sur les violences faites aux enfants, l’évêque dit : «Il est temps de dire stop.»
Dans son homélie, l’archevêque émérite, monseigneur Théodore Adrien Sarr, a insisté sur la réfection de l’église Notre Dame des Victoires : «M. le président de la République a donné une participation symbolique (5 millions) pour la journée. Elle sera sans doute suivie d’autres.» Le prélat à la retraite, qui s’est beaucoup appesanti sur le thème «Dans la joie, soyons des témoins authentiques de notre foi» a mis l’accent sur l’éducation des enfants et l’assiduité des fidèles aux églises qui ne sont plus distantes comme naguère. «Des fidèles catholiques quittaient Diourbel pour aller à Diohine, dans le Fatick, célébrer les fêtes.»
Il faut savoir que le Jubilé aura lieu, si l’on en croit le curé de la paroisse, en décembre 2018. Des anciens de la paroisse ont été honorés avec la remise de diplômes d’honneur.
badiallo@lequotidien.sn  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here