PARTAGER

A quelques jours de l’examen du Bfem, les locaux de l’Inspection de l’éducation et de la formation (Ief) de Diourbel ont été envahis par les eaux de pluie du week-end dernier. Les travailleurs de l’Ief, qui sont de plain-pied dans les préparatifs de l’examen du Bfem, ont trouvé refuge à l’école Notre Dame des Victoires. Mamadou Massaly, Ief de Diourbel, précise : «Nous sommes à Notre Dame des Victoires. Je remercie le directeur qui nous a accueillis à bras ouverts. Mais il reste la grande question de l’organisation du Bfem. Nous allons dans les prochains jours à Dakar pour le retrait des épreuves et cela demande encore beaucoup de sécurisation. Et je crois qu’en rapport avec les autorités administratives, nous allons trouver des solutions. Nous avons déjà saisi l’autorité administrative pour l’évacuation de l’eau à travers les pompes. Nous attendons cet appui d’un moment à l’autre parce que le préfet a été saisi et il est très soucieux de la situation que nous vivons. Il a même fait le déplacement.» Malgré la situation qui reste ubuesque, M. Massaly révèle que les dossiers dans les bureaux n’ont pas été touchés. «Le problème, c’est le cadre par rapport à l’accessibilité des locaux. Le personnel n’a pas pu travailler, les usagers n’ont pas pu faire le déplacement pour avoir le service adéquat parce que nous sommes dans une situation impossible de travailler correctement», a-t-il annoncé. Selon lui, ils ont besoin d’avoir un cadre beaucoup plus adéquat, notamment la construction d’une Inspection de l’éducation et de la formation. «Cela a été l’une des questions que j’avais soulevée lors de ma prise de fonction et nous attendons de l’autorité la mise en place d’un cadre avec un peu de diligence», dit-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here