PARTAGER

A Diourbel, des Socialistes comme Djily Fall s’interrogent sur l’avenir de leur parti. Pour le patron des jeunes dans la région, avec «l’argent» et les «privilèges» offerts à la direction du parti, la reconquête du pouvoir s’éloigne.

Le Parti socialiste va-t-il reconquérir le pouvoir qu’il a perdu en 2000 ? A Diourbel, des jeunes Socialistes pensent qu’«au rythme où vont les choses, le Ps n’y arrivera jamais». Djily Fall et ses camarades demandent à la direction de faire une «introspection». «Un parti qui vit est un parti de débat, rien n’y fait et les purges à la stalinienne ne feront que jeter le parti dans la profondeur de la misère intellectuelle et politique. Et les tenants de la pensée unique n’auront à la bouche des ‘’Oui Monsieur le secrétaire général’’ et des ‘’Vous avez raison Monsieur le secrétaire général’’», a dit M. Fall. Il interpelle d’ailleurs Ousmane Tanor Dieng, récemment nommé président du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct). Il dit : «L’argent et les titres suffisent-ils pour le Ps à reconquérir le pouvoir ? Répondre par l’affirmative à cette question, c’est manquer de respect aux militants. Ceux qui sont aujourd’hui prêts à mourir à son service dans leur majorité ne doivent rien au parti et c’est paradoxalement ceux-là à qui le parti a tout donné qui œuvrent et manœuvrent pour son dépérissement en échange de privilèges.»
badiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here