PARTAGER
Le palais de justice de Diourbel

L’incendie d’une maison à Bohé Baol le 4 mai 2017 avait ému beaucoup de personnes qui s’étaient rendues sur les lieux du sinistre où elles ont remarqué que des vivres et des cases étaient brûlés. Rien n’était épargné dans cette partie du village de Ndieck Penc. Même une vieille de plus de 70 ans avait failli passer de vie à trépas.
A l’issue de l’enquête, 9  jeunes du village de Bohé Baol, situé dans la commune de Ndindy, avaient été inculpés pour incendie volontaire d’un lieu habité avant d’être placés sous mandat de dépôt et éparpillés ensuite au niveau des prisons de Diourbel, Gossas, Fatick et Thiès.  Ces personnes seront édifiées sur leur sort lors de la prochaine session de la Chambre criminelle du Tribunal de grande instance de Diourbel. Le dossier a été bouclé, souffle une source proche du milieu judiciaire. D’ailleurs, après l’inculpation des neuf accusés, leur avocat  Me Abdoulaye Babou confie : «Ils sont poursuivis pour des faits criminels, mais l’enquête ne fait que commencer. Donc rien n’est encore fait. Nous verrons au cours de l’instruction. Il se pourrait que les faits soient disqualifiés ou qu’il y ait un non-lieu. Nous avons aussi des témoins à faire entendre par le juge d’instruction.»
Le  jeudi 4 mai 2017, des  jeunes du village de Bohé Baol s’étaient insurgés contre le branchement d’un tuyau pour adduction d’eau potable au profit de Ndieck Penc, village voisin. A la suite de cela, les habitants de Bohé Baol auraient, d’après leurs accusateurs, incendiés 16 concessions de la localité.
badiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here