PARTAGER

Le décret n°2011-1991 du 16 décembre 2011 portant modification et extension des limites territoriales de la commune de Bambey dans la région de Diourbel divise des habitants du département de Bambey. Huit ans après, les populations des communes de Ngoye, Thiakar, Ndangalma et Ngongom ont «déchiré» ce décret de l’ancien président de la République du Sénégal, Abdoulaye Wade. Un conflit est en latence parce que les autorités municipales et politiques de la commune de Bambey veulent l’application de la mesure contrairement aux vœux des autres responsables des collectivités territoriales concernées.

C’est un conflit latent : Des habitants de Bambey répondent aux manifestations des populations des communes de Ndangalma, Ngogom, Thiakhar et Ghoye, qui quittent leurs localités, selon Aïda Mbodji, pour vendre des parcelles situées à l’intérieur de Bambey à des businessmen. Pour l’ancienne maire de la commune de Bambey, ils ne comptent pas accepter cette situation dont le préjudice serait énorme. D’autant plus que, dit-elle, «ces gens n’ont aucune base juridique, aucune légitimité mais ils veulent juste surfer sur leur proximité avec le Président Macky Sall». D’après elle, «l’édile de Bambey a entamé des opérations de lotissement sur la base d’un plan directeur de l’urbanisme qui a été validé en 2003 mais aussi sur la base du décret de 2011. Ce décret, nous demandons son application. Nous n’accepterons pas que l’on nous interdise ce qui nous revient de droit. Nous allons nous battre et même y laisser notre vie si nécessaire».
Revenant sur la rencontre, le maire de la commune de Bambey a souligné qu’ils ont initié ce rassemblement sans prise de position politique mais plutôt pour échanger sur un litige foncier qui les oppose avec les communes de Ndangalma, Ngogom, Thiakhar et Ngoye. Pour Gana Mbaye, il faut rétablir la vérité des faits en expliquant aux populations que leur lotissement est juste, normal et légal. Parce que, précise-t-il, «nous avons suivi toutes les procédures qui ont abouti à l’obtention de ces autorisations. A partir du mois d’avril 2012, nous avions reçu nos autorisations de lotissement. Une situation que ces quatre communes ne veulent pas accepter. «Elles nous servent comme motif que le décret d’autorisation de ces lotissements est politique mais elles ont accepté que le décret attribue à Bambey ces espaces qu’on est en train de lotir.» M. Mbaye ajoute : «Si quelqu’un pense que ce décret n’est pas valable, il a l’opportunité de l’attaquer devant les plus hautes juridictions nationales.»
Il faut savoir que les populations des communes de Ndangalma, Ngogom, Thiakhar et NGoye s’étaient réunies le 1er août dernier pour dénoncer les opérations de lotissement des zones d’extension de la commune de Bambey. A leur avis, ces cites ne lui appartiennent pas. Ndiamé Dieng, Secrétaire municipal de la commune de Ndagalma, justifie leur position : «Nous nous sommes levés pour nous opposer à une extension ou lotissement de la commune de Bambey pour deux raisons. La 1ère, on conteste le décret d’extension de ladite commune car après vérification avec nos conseillers juridiques, on a vu qu’il n’a pas été publié au Journal officiel. Raison pour laquelle ce fameux décret n’est pas opposable aux tiers.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here