PARTAGER
Le palais de justice de Diourbel

Le village de Mbayenne, situé dans l’arrondissement de Kael, est sorti de sa torpeur dans la nuit du 3 août 2016. Ce jour, profitant de la nuit paisible, des assaillants munis d’armes à feu ont fait irruption dans la maison de Mor Sarr pour essayer de commettre un vol. Une partie de la bande a tenu en respect certains membres de la famille et l’autre tirait des coups de feu en l’air pour empêcher tout secours. Parmi ces assaillants, un sera reconnu et cueilli par les gendarmes de Kael. A la barre du Tribunal de grande instance de Diourbel, il a écopé des travaux forcés à perpétuité.

A peine sorti de l’adolescence – il est âgé de 25 ans – Abdou Ka, sauf grâce présidentielle ou bien réduction de peine s’il interjette appel de la condamnation à lui infligée hier par le Tribunal de grande instance de Diourbel, va passer le restant de ses jours derrière les barreaux. Inculpé pour association de malfaiteurs, vol en réunion commis la nuit avec violence et usage d’armes à feu et de détention d’arme sans autorisation administrative, le natif de Rasso, une localité de l’arrondissement de Kael, département de Mbacké, a été reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés par le tribunal de grande instance de Diourbel siégeant en Chambre criminelle. Il a écopé des travaux forcés à perpétuité. Le juge a suivi le ministère public qui avait demandé dans son réquisitoire de déclarer l’accusé coupable.
Pour la répression, dira le représentant du ministère public, «l’article 307 du Code pénal ne vous permet pas de retenir des circonstances atténuantes. Vous le condamnerez aux travaux forcés à perpétuité». Pour étayer son argumentaire, le représentant du ministère public dira : «L’accusé a toujours changé de version. Lui-même n’est pas convaincu de ses déclarations.»
A la suite du procureur, l’avocat de défense, Abdoulaye Babou, usera d’un néologisme pour dire qu’il ne va pas plaider «l’implaidable». Et Me Babou de poursuivre : «Je ne nie pas l’existence de l’association de malfaiteurs. Je doute de ce vol. Abdou Ka ne fait pas parti des assaillants de Mor Sarr. Dans ce dossier, l’association de malfaiteurs est constant.» Suffisant à ses yeux pour que son client n’écope pas de la peine souhaitée et demandée par le procureur de la République.
badiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here