PARTAGER

L’Eglise a besoin de 10 millions F Cfa pour achever les travaux de réhabilitation de la paroisse Notre-Dame des Victoires de Diourbel.

En marge de la cérémonie d’inauguration des travaux d’extension et de réhabilitation de église Notre-Dame des victoires de Diourbel, Mgr André Guèye, évêque du diocèse de Thiès, a fait savoir qu’ils ne sont pas en mesure d’annoncer la fin des travaux de réhabilitation de l’édifice. Mais il a tenu à remercier les paroissiens de l’immense effort qu’ils ont fourni en mettant la main à la poche pour l’édification de leur église. Mgr André Guèye explique : «Nous avons aussi réussi à avoir quelques soutiens des autorités étatiques. Malheureusement, la somme dont nous disposons et qui a été investie a besoin d’être renforcée pour l’achèvement des travaux. Ces derniers s’élèvent à 32 millions de F Cfa et les paroissiens ont contribué à hauteur de 16 millions de F Cfa.» De son côté, le curé de la paroisse Notre-Dame des Victoires de Diourbel a précisé que le chef de l’Etat a donné 5 millions de F Cfa en espèces et 25 tonnes de ciment. «Ce qui équivaut à la somme de 6 millions de F Cfa. Nous ne sommes pas en mesure d’annoncer la date de la fin de ces travaux avec ce gap de 10 millions de F Cfa que nous devons trouver», explique abbé Emile Ndione.
Revenant sur la cérémonie, l’extension et la réhabilitation de ces nouveaux locaux de l’église Notre-Dame des Victoires de Diourbel sont entièrement financées à hauteur de 150 millions F Cfa par l’Ong suisse Hand für Africa. La présidente dudit programme, Agnès Benz, justifie le choix de Diourbel : «Il y a beaucoup de projets d’innovation, mais il faut toujours voir ce qui est faisable. On a des projets dans des endroits du pays comme un dispensaire à Bam­bey, un projet d’agriculture à Godèle. En ce moment, il n’y a pas d’autres projets pour le Baol.» Interpellé par rapport à l’importance de ce nouvel édifice, abbé Pierre Ay Ndione, directeur de l’Enseignement catholique du diocèse de Thiès, rappelle que cette infrastructure, vieille de 60 ans, avait besoin d’une cure de jouvence. «Nous nous réjouissons de l’intervention dudit projet qui s’inscrit dans le cadre du développement, c’est-à-dire faire en sorte que toutes les personnes, où qu’elles puissent se trouver, aient accès à une vie décente. L’éducation est un secteur prioritaire et c’est pourquoi nous en avons fait notre cheval de bataille. C’est un investissement de taille. Tous les gens qui vivent à Diourbel verront l’envergure de ce financement qui était une nécessité et une urgence», a-t-il dit.
Correspondante

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here