PARTAGER

Plus de 50 tonnes de produits impropres d’une valeur de 20 millions de F Cfa ont été incinérées hier en présence du ministre du Commerce et des Petites et moyennes entreprises (Pme). Ces denrées alimentaires ont été retirées des circuits de consommation des trois départements de la région de Diourbel même si plus de 70% proviennent de Touba.

Le ministre du Commerce et des Pme, Aminata Assome Diatta, en présence des autorités administratives et locales de la région de Diourbel, a procédé hier à la destruction de plus de 50 tonnes de produits retirées des circuits de consommation dans les trois départements de la région de Diourbel. Mais, les 70% de ces produits proviennent de la ville de Touba. La ministre explique : «Il y a environ plus d’une cinquantaine de tonnes de produits pour une valeur de 20 millions de F Cfa composés de vinaigre, 65 fûts de 200 litres d’acide très dangereux pour la santé des populations, plus de 4000 boîtes de tomate de 2 kg, qui ne sont pas conformes à la norme sénégalaise, des dattes, des canettes de jus de fruits et autres. Il y a également des médicaments qui sont retirés des circuit de distribution.» A l’en croire, l’incinération de ces produits est le résultat d’un travail de 2 à 3 ans. «Des retraits qui ont été effectués lors des grands évènements comme Magal de Touba», dit-elle. Cette nouvelle incinération montre que Touba est l’épicentre et approvisionne les marchés des différents départements de Diourbel, Bambey et Mbacké.
Par ailleurs, Mme Diatta a invité les opérateurs économiques à préserver la santé des populations tout en demandant aux consommateurs de collaborer avec les services de commerce. «Ce qui permettra de veiller que les produits qui sont dans les circuits de distribution soient des aliments adaptés et conformes à la législation sénégalaise», conseille la patronne du département de Commerce.
En plus, le désengorgement du marché Ocass de Touba a attiré l’attention du ministre. Mais, elle a rappelé qu’il s’agit d’une problématique globale à régler surtout à cause de cette succession d’incendies ravageurs, qui ont consumé des milliards. «Ces derniers temps nous avons noté qu’il y avait beaucoup d’incendies dans les marchés souvent dus au non-respect des règles, notamment les branchements électriques. Donc il y a une réflexion en cours pour mettre fin à des incidents de ce genre», a-t-elle rappelé.
Correspondante

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here