PARTAGER

Les organisateurs et les autorités jouent sur le même tempo dans cette 25ème édition du festival international de jazz de Saint-Louis. Ils ont à l’unisson, lors de la cérémonie officielle d’ouverture, exprimé leur volonté de s’appuyer sur le festival pour faire rayonner Saint-Louis. Tous les intervenants lors de cette cérémonie officielle d’ouverture organisée entre les deux concerts de la soirée du lundi ont en effet abondé dans le même sens. C’est d’abord le maire de la ville, Amadou Mansour Faye, par ailleurs ministre de l’Hydraulique et de l’assainissement qui, après avoir souhaité la bienvenue aux hôtes de sa ville et rendu un hommage mérité aux organisateurs qui ont su maintenir très haut le flambeau, a dit sa volonté de tout faire pour s’appuyer sur le festival afin de redorer le blason de sa ville qui porte le nom de ce prestigieux rendez-vous du jazz. «Nous allons nous appuyer sur ce festival pour faire rayonner Saint-Louis», a-t-il lancé après avoir dit beaucoup de bien de ce rendez-vous qui, de son avis, a eu un nouveau souffle et une nouvelle envergure. Pour lui, Saint-Louis jazz est devenu aujourd’hui un patrimoine aussi bien pour le Sénégal que pour l’Afrique : «Il est devenu l’un des plus grands festivals.» Pour atteindre cet objectif qu’il s’est fixé, le maire de Saint-Louis dit compter sur tous les acteurs et en particulier ceux culturels à qui il a lancé un appel pour travailler à ses côtés, afin de redorer le blason de la ville. C’est en ce sens que s’inscrit les rencontres qu’il a eu avec eux ces dernières semaines pour les inviter à réfléchir sur comment amener l’Etat à les aider pour que Saint-Louis retrouve son lustre d’antan.
Ce fut le même son de cloche qui a été entendu de la bouche du président de l’Association Saint-Louis jazz qui, après avoir rappelé les écueils de l’année dernière qui ont failli avoir raison du festival, a magnifié le rôle important joué par cet évènement dans le développement de la ville et son positionnement dans le concert de grandes villes. Me Ibrahima Diop s’est ensuite félicité du soutien du chef de  l’Etat et du ministère de la Culture et de la communication qui ont mis à leur disposition respectivement 20 millions de francs Cfa et une scène d’une valeur de 80 millions de francs et des techniciens. Il a aussi remercié les partenaires dont le maire de Saint-Louis et le Conseil régional qui a mis à leur disposition des locaux pour abriter les bureaux de l’association, mais aussi les différents partenaires financiers et autres sans qui le festival n’aurait pas eu lieu. L’adjoint du gouverneur chargé des affaires administratives, Sayid Fall, a lui aussi assuré les organisateurs et les autorités communales du soutien de l’Etat qui continuera d’accompagner le festival afin de positionner Saint-Louis dans le concert des villes attrayantes.
L’adjoint du gouverneur qui parlait au nom du gouvernement a lui aussi souligné l’importance du Festival, devenu l’un des évènements les plus importants de l’Afrique. C’est à lui qu’est revenu l’honneur de déclarer ouverte cette 25e édition du Saint-Louis jazz.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here