PARTAGER

Pour promouvoir un tourisme éthique, responsable, compétitif et contribuant durablement à l’émergence économique du Sénégal, le ministère du Tou­risme entend impulser une nouvelle dynamique afin de donner corps à cette vision du chef de l’Etat. Dans ce cadre, Mame Mbaye Niang, en visite à Thiès pour rencontrer les acteurs touristiques, fera savoir que son département mise sur la diversification de l’offre touristique par la mise à niveau de l’existant et le développement de nouveaux produits pour booster le secteur. Et parmi ces nouveaux produits figure le tourisme d’affaires. Il explique : «Pendant des décennies, nous nous sommes focalisés sur le tourisme balnéaire. Actuellement, notre stratégie consiste à diversifier notre offre touristique. Et avant d’y parvenir, il fallait aider les hôteliers sénégalais à se remettre en norme et à améliorer leurs qualités de service. C’est ce qui explique la mise en place du crédit hôtelier. Lequel va aider les hôteliers sénégalais à se remettre à niveau pour affronter les perspectives auxquelles nous seront confrontées. Et aujourd’hui, ce crédit hôtelier a fini de faire ses preuves, parce que des acteurs qui en ont bénéficié se sont remis en neuf pour répondre aux standards.» Pour dire que «nous ne misons plus sur le tourisme balnéaire, parce que nous avons des concurrents qui ont même parfois des produits plus intéressants à offrir. Notre stratégie touristique consiste aujourd’hui à miser sur le tourisme d’affaires, c‘est-à-dire avoir la capacité d’organiser des rencontres internationales qui mobiliseront des milliers et des milliers de fans zones». Pour cela, poursuit M. Niang, «il faut que le Sénégal bénéficie de réceptifs, de salles de manifestation capables d’être aux normes. Et dans ce cadre, nous avons fait un pas extraordinaire».

Stratégies pour que le tourisme religieux puisse intégrer l’offre touristique
S’agissant du tourisme religieux théorisé par son ministère, il dit : « Le tourisme religieux ne fait pas partie de notre vocabulaire, mais depuis que nous sommes à la tête de ce ministère, nous sommes en train de peaufiner des stratégies pour que cette offre puisse intégrer l’offre touristique du Sénégal.» Prenant l’exemple de l’Arabie Saoudite qui se «frotte les mains dans le cadre du tourisme religieux à chaque fois que le Hajj (Ndlr : Pèlerinage à la Mecque) se prépare», Mame Mbaye Niang reste d’avis que cette offre pourrait faire tache d’huile sur l’économie du Sénégal car, dit-il, «les villes religieuses mobilisent des millions de Sénégalais pendant les événements religieux. Pourquoi donc pas nous organiser pour faire en sorte que le Magal de Touba, le Gamou de Tivaouane, de Ndiassane etc. puissent profiter au secteur du tourisme et aux populations locales, mais aussi à des investisseurs» ? Mais tout cela, «nécessite une stratégie bien réfléchie et rédigée pour le mettre en place».
Revenant sur la tournée nationale que son département est en train de faire dans les 6 pôles touristiques qui existent au Sénégal, il rappelle : «Nous avons été en Casamance et aujourd’hui nous sommes dans la région de Thiès qui occupe une place particulière dans notre stratégie. Elle joue également un rôle important dans le développement du tourisme au Sénégal, notamment à travers ses départements Mbour et Thiès. C’est dans ce cadre que nous sommes venus aujourd’hui à Thiès pour écouter les acteurs et évaluer avec eux les mesures qui seront prises pour améliorer ce secteur.» Au-delà, il fera noter devant les acteurs qu’il y a «de belles perspectives aujourd’hui dans le secteur et l’avenir est totalement clair pour ce domaine grâce aux efforts qui ont été faits par le gouvernement du Sénégal». Pour lui, malgré «l’Ebola qui a été un coup de frein pour ce secteur, des efforts importants ont été consentis par le gouvernement. C’est ce qui justifie cette reprise aujourd’hui».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here