PARTAGER

Djibo Kâ est parti sans avoir écrit ses mémoires, mais l’homme est resté un cas particulier de la politique sénégalaise qui a l’audace de ses idées et le courage de ses positions. S’il les avait écrits, il aurait partagé un pan exceptionnel de sa vie passée au cœur de la République. De Senghor à Macky, il est resté un Kâ unique de la politique sénégalaise. Au final, il est parti un jour où on installait la 13ème Législature. Et le monde politique sénégalais a perdu un pilier ce 14 septembre 2017 et laissant l’Urd dans un avenir incertain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here