PARTAGER

Le dialogue politique avait pris une pause hier sur demande du pôle de l’opposition. Il reprend aujourd’hui avec des points essentiels qui peinent encore à faire l’objet de consensus. Mais en attendant, Djibril Diop, membre du Pôle des non-alignés, estime qu’on ne peut parler de «satisfaction» depuis la reprise des travaux parce que «les points de désaccord sont nombreux et chacun campe sur sa position jusqu’ici». Le chef de l’Etat a reçu le rapport spécial sur la base duquel il pourrait décider du report ou non des élections locales. Parce qu’en définitive, le dernier mot lui revient. Il avait promis de ne pas toucher au rapport final, mais le leader du Front pour la République du Sénégal (Fprs/And liggey) précise : «Nous ne pouvons pas dire que le Président ne va pas y toucher parce qu’il y a l’article 9 du code de conduite de la commission, une sorte de règlement intérieur, qui donne au président de la République des prérogatives d’arbitrage en cas de désaccord. Sous ce rapport, personnellement je crois qu’il va y apporter des modifications. Et moi j’ai toujours soutenu qu’on doit supprimer cet article 9 parce qu’il est président de parti et, par conséquent, il est juge et partie.» Ce membre de l’opposition n’a pas oublié l’accueil que le Président Sall avait réservé à l’avant-projet de Constitution de Amadou Mokhtar Mbow et son équipe. «Il avait dit sur le rapport de la Commission nationale de réforme des institutions qu’il en pendrait ce qu’il jugerait bon. Donc rien ne nous surprendrait s’il tranchait sur certaines questions», a Djibril Diop.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here