PARTAGER

Djimo Souaré, député Bby et président du Conseil départemental de Goudiry, est courroucé par la situation de la région de Tambacounda. Il a exprimé sa désolation hier au ministre en charge de l’Equité sociale, qui présidait un Crd à Tamba, qui manque presque de tout. Il dit : «Le Sénégal oriental est la seule région naturelle du pays qui ne dispose pas encore d’institut d’enseignement supérieur. Et cela n’est pas normal. Si rien n’est fait dans le sens de la réalisation de l’Université du Sénégal oriental, nous ne voterons pas le budget du ministère de l’Enseignement supérieur. Il y a quelques années de cela, nous, députés du Sénégal oriental, avions refusé de voter le budget du ministère de l’Enseignement supérieur. Cela avait fait ses effets, car il était venu par la suite poser la première pierre de l’Université. Mais depuis lors, que nenni ! Du moment que le ministre en charge de l’Equité sociale et territoriale tient un Crd à Tamba, il était normal de lui signifier la situation pour que solution soit trouvée au problème.» Mansour Faye écoute : «Ça ne peut plus continuer et cela doit cesser. Les populations du Sénégal oriental ont trop attendu. Elles doivent maintenant disposer de leur université comme partout ailleurs dans le pays. Allez à Saint-Louis il y a une université, à Bambey aussi il y en a, de même qu’à Thiès, Ziguinchor et Kaolack, Dakar n’en parlons pas ! Toutes ces localités disposent d’institut d’enseignement supérieur sauf nous. Ce n’est pas normal et ce retard doit être corrigé.»
Djimo Souaré ne s’en est pas arrêté là. Il renchérit : «L’enve­loppe qui est allouée à la région de Tamba dans la phase 2 du Pudc est trop petite alors que le focus est mis sur des régions beaucoup plus nanties que Tamba qui bénéficient d’enveloppes consistantes. Il faut une discrimination positive pour la région de Tamba.»
afall@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here