PARTAGER

Le Sénégal est sur la bonne voie dans la promotion des filles dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (Tic). Selon les résultats d’une étude menée par le cabinet Deloitte en 2016 sur les femmes dans les Tic, 31% des enquêtées au Sénégal vont occuper des postes dans ce domaine, alors qu’elles représentent juste 25% dans les pays développés comme les Etats Unis. Pour Bitilokho Ndiaye du ministère des Postes et des télécommunications, cela montre que les efforts consentis par son ministère en collaboration avec celui de l’Economie, des finances et du plan, notamment la Direction du traitement automatique de l’information (Dtai), pour inciter davantage les filles à embrasser des carrières dans le domaine des Tic, ont porté leurs fruits. Malgré ces résultats encourageants, des obstacles persistent toujours. Il s’agit du faible taux des filles dans les filières scientifiques. Selon les statistiques du ministère de l’Education, les filles optant pour ces filières représentent juste 39,4%, alors que ces filières représentent une porte d’entrée dans le domaine des Tic.
L’inégalité salariale entre homme et femme dans le domaine des Tic décourage aussi la gent féminine. «Les jeunes femmes qui travaillent dans le domaine des Tic sentent l’inégalité salariale et de traitement au niveau des entreprises. Aussi, le processus de recrutement n’est pas forcément favorable à la gent féminine», a déploré Bitilokho. Elle s’exprimait hier à la Direction du traitement automatique de l’information sise au ministère des Finances, qui a ouvert ses portes aux lycéennes et collégiennes pour célébrer la Journée internationale des filles dans les  Tic  avec comme slogan : «Penser et agir Tic pour un épanouissement personnel et professionnel.»
Une occasion saisie par le Secrétaire général du Mefp, Cheikh Tidiane Diop, pour encourager les jeunes apprenantes à s’inspirer de l’exemple et de l’expérience des femmes ingénieures informaticiennes de la Dtai en choisissant si possible les séries scientifiques, afin d’envisager des études supérieures dans le domaine des Tic. Les parrains, Fatou Diène Sembène et Ibrahima Diouf, tous des ingénieurs informaticiens et anciens chefs de division de la Dtai, ont aussi exhorté les jeunes filles en ce sens.
Pour vaincre les obstacles, le ministère des Télécom­muni­cations, en collaboration avec celui des Finances, sensibilise élèves et parents d’élèves pour inciter les filles à choisir les filières scientifiques, mais également les carrières dans le domaine des Tic. Ces partenaires encouragent en outre, les chefs d’entreprise des secteurs des Tic à avoir des environnements sensibles au genre de sorte à favoriser l’éclosion du potentiel des femmes dans le domaine des Tic.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here