PARTAGER

En recevant les organisations professionnelles du secteur, le Président Macky Sall avait pris l’engagement de doubler le montant de l’aide à la presse pour la porter à 1 milliard 400 millions. Quelques jours après, son ministre de l’Economie annonce à la place une rallonge de 300 millions. Le Syndicat des patrons de presse décide de s’en tenir aux promesses du Président.

Le 27 mars dernier, à la suite des autres secteurs et personnalités du pays, le président de la République recevait les associations de presse. Face à l’Association des professionnels de la presse en ligne (Appel), au Conseil des diffuseurs et éditeurs de presse du Sénégal (Cdeps), à la Convention des jeunes reporters du Sénégal (Cjrs), au Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Synpics) et à l’Union des radios associatives et communautaires (Urac), le Président Macky Sall a annoncé le doublement de l’aide à la presse 2020, qui passe de 700 millions de francs Cfa à 1 milliard 400 millions. Seulement, quelques jours après, un nouveau son de cloche sera entendu dans la bouche du ministre de l’Economie, du plan et de la coopération Amadou Hott. Invité par la Radiodiffusion télévision du Sénégal le 3 avril dernier, le ministre laisse entendre que l’aide à la presse est relevée de 300 millions, passant ainsi à 1 milliard de francs Cfa. Une décision que visiblement le Conseil des diffuseurs de presse ne cautionne pas puisque l’organisation a aussitôt rendu public un communiqué de presse pour «rétablir la vérité». «Ce que nous considérons, c’est l’engagement que le président de la République a pris devant les acteurs des médias et c’est le doublement de l’aide à la presse», annonce le président du Cdeps Mamoudou Ibra Kane, joint par téléphone. Il indique que l’engagement n’a pas encore été démenti par la première autorité du pays. «Au sortir de cette audience, nous avons fait face à la télévision nationale, en français et en wolof. Cet acquis que nous avons eu du président de la République, jusqu’à ce jour, n’a pas été démenti.» Déchirant les propos du ministre, M. Kane insiste sur le caractère officiel de l’engagement du Président. «On ne peut pas remettre en cause la parole du Président», dit-il.
Durement frappé par la conjoncture économique, la presse a encore ployé sous le poids des difficultés engendrées par la pandémie du coronavirus. «700 millions de plus à la presse, c’est une goutte d’eau dans la mare. L’aide à la presse est un acquis, mais attention, ce n’est pas une aide a des mendiants, c’est une aide pour la rémunération du service public de la presse. Les 700 millions qui étaient déjà acquis, plus maintenant, compte tenu du contexte où la presse est encore plus dans les difficultés, il a fait une rallonge de 700 millions», rappelle M. Kane.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here