PARTAGER
Doudou Ndir Président de la Cena

Rarement la Commission électorale nationale autonome (Cena) ne s’est montrée aussi ferme à l’égard du ministère de l’Intérieur. «L’actualité est plus focalisée sur le problème de l’édition des cartes d’électeur et de leur mise à disposition des citoyens sénégalais qui se sont inscrits. Il s’agit là, à n’en pas douter, d’une demande expresse et légitime dont la satisfaction dans les meilleurs délais est une condition de la pacification du climat social, gage d’un scrutin sans reproche. Nous souhaiterons en avoir de plus amples informations», a signifié Doudou Ndir à Abdoulaye Daouda Diallo hier, lors d’une rencontre bipartite.
Dans un huis clos qui va durer plus de 90 minutes, le ministre de l’Intérieur s’est évertué à donner des gages. En fin de séance, il a laissé le soin au président de la Cena de faire la restitution des échanges. Cependant, Doudou Ndir use d’un langage diplomatique en évoquant d’autres sujets différents des questions de la disponibilité des cartes d’identité. Finalement, il lâche le morceau : «Le ministre a été honnête en nous disant que ses services ne peuvent pas produire toutes les cartes d’identité. Tous les électeurs ne seront pas dans les dispositions de recevoir leur carte.» Abdoulaye Daouda Diallo a aussi confié à l’organe de contrôle et de supervision des élections que le taux de distribution des cartes est de 70,5%. Dans cette situation, la Cena a récusé certaines méthodes de Abdoulaye Daouda Diallo. «Il y a des efforts pour accroître le volume et le rythme de distribution dans des conditions que nous n’avons parfois pas toujours approuvées. C’était pour régler des cas d’extrême urgence. Il y a eu certaines pratiques à Dakar sur lesquelles la Cena n’était pas associée», regrette Doudou Ndir.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here