PARTAGER

Après 10 mois d’arrêt, le football au Sénégal a repris ce week-end avec le démarrage des différents championnats dans l’ensemble du pays. Une bonne nouvelle pour les acteurs et aussi les férus du ballon rond, même si pour le moment les matches vont se jouer à huis clos.
Evidemment, rester aussi longtemps sans activité présente des risques pour les joueurs. Comme l’explique le Dr Babacar Ngom, président de la Com­mission médicale de la Fédé foot.
«Une activité ou disons une hypoactivité, c’est-à-dire une diminution d’activité sportive pendant au moins 9 mois, il y a toujours un risque gros qui est dû à la perte de la condition physique. Et cette perte de la condition physique pour la retrouver, il faudrait un certain nombre de jours ou de semaines de préparation pour être sûr à 80% qu’on peut reprendre la compétition», soutient le médecin, par ailleurs président de l’Asso­cia­tion sénégalaise de médecine du sport.
Ce dernier d’informer que c’est ce qui explique le choix du début janvier pour le démarrage des compétitions.
«C’est pourquoi, conscients de ces risques, dès que le ministère de la Santé avait autorisé les entraînements fin octobre, nous avons demandé à la Fsf d’accorder aux équipes au moins deux mois de préparation avant le démarrage du championnat. C’est ce qui explique qu’on ait commencé le 2 janvier.» Revenant sur le protocole sanitaire, Dr Ngom marque sa satisfaction.
«Nous sommes satisfaits du respect du protocole sanitaire. Nous félicitons les clubs, joueurs, directeurs de stade, la Fédération, la Ligue Pro et la Ligue amateur. Nous avons eu des retours encourageants. Le protocole sanitaire a été donc respecté malgré quelques aspects à améliorer. Et je sais que pour la 2e journée, si on discute bien avec tous les acteurs, nous pourrons obtenir 100% de respect des mesures barrières.»
Et justement le président de l’Association de médecine du sport de noter que «les mesures ne sont pas difficiles à respecter. Il suffit de passer au thermo flash à l’entrée, de porter son masque, se laver les mains. Ensuite par les vestiaires préalablement désinfectés. Les bancs de touche aussi doivent être désinfectés ainsi que les ballons avant le match et à la mi-temps. C’est des gestes très simples qui ne coûtent pas cher et qui ont un apport extraordinaire dans la lutte contre le Covid-19».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here