PARTAGER

A l’Unité 17 des Parcelles Assainies, la famille Dias a perdu sa relève. Les 5 enfants, qui sont morts asphyxiés durant l’incendie d’hier, ont le même père et la même mère. C’est un indicible drame.

Ce fut un réveil brutal et douloureux ! Les habitants de l’Unité 17 des parcelles assainies ont été tirés de leur sommeil par des cris de détresse. Un incendie ravageur a décimé une fratrie de 5 enfants morts asphyxiés par la fumée. Alors que leur domicile avait pris feu en l’absence de leurs parents. Quelques heures après le drame, les populations n’avaient pas encore fini de sécher leurs larmes. El Hadj Alboury Diaw, délégué de quartier, témoin oculaire des faits, raconte : «C’est l’imam Babacar Niang qui m’a informé pour me dire de venir vite parce qu’il y a un incendie. Tous sont issus du même père et de la même mère. J’ai trouvé que les enfants étaient alignés au sol, inertes. Il y avait aucune brûlure sur leur corps.» C’est une véritable tragédie.
Après que les sapeurs-pompiers ont éteint le feu, la police a procédé au prélèvement préliminaire pour essayer de connaître l’origine de l’incendie.  En attendant d’avoir une explication scientifique, les riverains parlent d’une bougie qui n’avait pas été éteinte qui aurait provoqué l’incendie. On parle même d’une négligence de l’oncle des victimes qui aurait été aperçu en train de se sauver. Alors que le feu était en train de se propager. «Certains parlent de bougie alors que d’autres parlent de court-circuit.  Ce qui est sûr, c’est sa chambre qui a pris feu en premier avant que le feu ne se propage dans la maison», soutiennent les riverains.
En tout cas, la police, qui donne du crédit  à ces accusations, a arrêté l’oncle des victimes pour tenter d’élucider ce drame.
latifmansaray@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here