PARTAGER

En Egypte, le Tribunal correctionnel de Rosette a infligé des peines allant jusqu’à 14 années de prison à 56 personnes jugées coupables d’avoir provoqué la pire catastrophe maritime de l’histoire de l’émigration clandestine égyptienne. En septembre 2016, un bateau transportant plus de 400 émigrés clandestins vers l’Europe avait chaviré au large de Rosette en Médi­terranée.
Pour les familles des victimes, les peines infligées sont trop faibles. On estime à près de 200 le nombre de disparus dans le naufrage. Il s’agissait majoritairement d’Egyptiens et d’Afri­cains avec parfois des familles entières et des dizaines de mineurs. Les survivants ont raconté que les passeurs leur avaient conseillé de jeter leurs papiers en Italie et de prétendre qu’ils étaient Syriens ou du Darfour.
L’Egypte est devenue un point de départ de l’émigration clandestine vers l’Europe à cause des violences que connaît la Libye et du fait des failles sécuritaires en Egypte qui ont suivi la chute de l’ex-président Hosni Moubarak. En 2010, les autorités avaient empêché 500 personnes d’émigrer clandestinement ; l’année dernière plus de 5 000. Ceux qui sont passés sont probablement dix fois plus nombreux. Plusieurs pays européens, dont la France, l’Italie et l’Allemagne, coopèrent avec l’Egypte pour tenter de juguler le phénomène.
rfi.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here