PARTAGER

Les artistes sénégalais qui ont réussi à décrocher un disque d’or sont infimes, pourtant Alseyni Baldé alias Ziko, croit fermement en sa bonne étoile. Le rêve de ce jeune musicien qui allie R’nb, blues, pop et afrobeat est de vendre 500 000 exemplaires pour son prochain album «Dream», ce d’ici la fin de l’année 2018. Ce rêve, il pense être en mesure de le réaliser.

Aux yeux de Alseyni Baldé alias Ziko, rien n’est impossible ! Même vendre 500 000 exemplaires de son prochain album Dream (sortie prévue en juin-juillet) d’ici fin 2018. Pour se laisser convaincre, il suffit d’écouter parler cet homme engagé dans la musique depuis près de 15 ans. Auteur de 3 albums déjà, à savoir : Vive les vacances (sorti en 2005), African life (en 2009) Senegalese Party (en 2013), Ziko va sortir cette année son 4e album, qu’il intitule Dream. Ce challenge lancé en 2016 n’a finalement pas été conclu. «Nous n’avions pas encore conclu artistiquement le répertoire, aussi nous avons reporté l’objectif de vendre 500 000 exemplaires à cette année», note-t-il. C’est donc un grand challenge qui se profile à l’horizon pour cet artiste qui surfe sur les rythmes du R’nb, pop, blues, afrobeat, et qui confie n’avoir qu’un seul rêve en tant qu’artiste : «Amener un disque d’or en cette année 2018 au Sénégal et le présenter aux autorités nationales et au Peuple sénégalais. Que ça soit aussi une victoire de la culture. C’est un challenge que je me suis fait porter moi-même», dit-il.
A la question de savoir s’il pense que cet objectif est réalisable, ce promoteur d’événements, producteur et artiste originaire de Kolda, répond sans sourciller par l’affirmative. «Oui, l’objectif est bel et bien réalisable. La distribution des 500 000 exemplaires sera digitale. C’est-à-dire que la vente se fera en ligne. Aujourd’hui, la chance qu’on a, c’est que nous n’avons plus besoin d’avoir comme avant une maison de distribution fixe qui vende des Cd physiques. Aujourd’hui on peut avoir la distribution sur le net en étant même au Sénégal. Il suffit de maitriser les rouages du marché mondial de la musique. Et par rapport à mon expérience et aux recherches, je vous fais la promesse que d’ici à décembre 2018, j’arriverai à vendre ces 500 000 exemplaires. Nous allons essayer de collaborer avec les plateformes de distribution», assure-t-il. Pour autre argument, l’artiste ajoute la langue qu’il utilise pour chanter et la grande qualité qu’il attache à ses produits. Particulièrement à Dream.
«Ma musique est à 80% anglophone, 15 française et 5 % pular et wolof. Elle vise un public plus anglophone. Je suis anglophone musicalement. Il y aura des titres en anglais, français, espagnol… des morceaux dance, pop, rock, slow. 9 titres seront un peu Hip hop, R’nb, afro beat, et les 9 autres il y aura du Contry, roots, du blues», indique-t-il. Pour Ziko, c’est là un beau moyen d’inspirer le monde entier. «Que ça soit en Europe, en Asie ou autre. Avec un produit bon musicalement parlant. La voix, le mastering, avoir de bons clips et une bonne agence de communication pour vendre et diffuser et avoir une visibilité.»

Dream le rêve de Ziko
A peu près 6 ans après son dernier album, Ziko a largement eu le temps de mûrir son rêve (Dream). Et ce rêve il se fait un plaisir de le partager. «Mon rêve est de vendre cet album au niveau international. Y accompagner la visibilité de mon pays que j’aime et j’adore. Mon rêve c’est d’amener un disque d’or au Sénégal. Je rêve de cela depuis mon enfance.» Et dans l’album Dream où le chanteur confie ses rêves les plus secrètes, il est question de son parcours, des difficultés rencontrées au Sénégal, surtout par rapport à la perception des gens, «gens qui t’encouragent, d’autres qui te découragent». «Tout le monde rêve d’argent. Moi mon rêve c’est de vendre ces albums, de gagner de l’argent et de faire des actions sociales pour le développement de mon pays et de réaliser d’autres rêves. Les gens rêvent beaucoup de survivre, d’avoir la santé, une maison.»
Même s’il est conscient que vendre 500 000 exemplaires de ce rêve n’est pas facile et évident, Ziko reste accroché à son idée, aussi sûr de lui que Bill Gates qui est allé au bout de son aventure. «Pourquoi pas nous ?», s’interroge-t-il plein d’ambition. «Nous avons les mêmes facultés mentales. On doit croire en nous. Je lance un appel à tous les Sénégalais, en commençant par le Président à qui je fais la promesse de rapporter et de présenter ce disque d’or.» C’est là son appel au Président pour soutenir ce projet.
En attendant de sortir ce Dream, le chanteur a déjà lancé un single (Adel) et compte lancer le 29 mars prochain à Dakar, un maxi pour annoncer l’album. C’est pour lui justement une manière de prouver la faisabilité de ses ambitions. «J’ai extrait 6 titres de l’album prévu vers juin, juillet qui va comporter 18 titres. Ces titres seront un avant-goût de l’album et on va le présenter ce 29 mars à Dakar à Douta Seck.» Cette présentation à Dakar sera précédée d’une tournée qu’il débutera par Kolda, sa ville natale, et qui le mènera dans d’autres localités du pays. Par la suite, le chanteur pourra prétendre faire une tournée africaine et européenne. Tout dépendra des moyens du bord puisqu’il s’agit d’une autoproduction !

aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here