PARTAGER

L’Union africaine de radiodiffusion (Uar) a finalement pu trouver un «accord-cadre» avec le Groupe Lagardère sur la réduction des droits de retransmission de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations (Can), prévue au Gabon du 14 janvier au 5 février 2017. L’information est du directeur Grégoire Ndjaka, en conférence de presse hier dans les locaux de son siège.

«Nous sommes heureux de vous annoncer la bonne nouvelle. Nous sommes parvenus avec le Groupe Lagardère à signer un accord-cadre pour la retransmission de la Can 2017. Nous avons mis un coup d’arrêt à la tendance inflationniste.» Ces propos sont du directeur de l’Union africaine de radiodiffusion (Uar), Grégoire Ndjaka, en conférence de presse hier dans les locaux de son siège.
Dans les termes de l’accord qui survient après six mois de négociations, informe-t-il, «plus aucun pays ne connaîtra une quelconque augmentation des coûts des droits de retransmission cette année». En même temps, poursuit M. Grégoire Ndjaka, «tous les pays connaîtront pour la première fois de l’histoire du mouvement sportif africain une baisse substantielle du coût des droits de retransmission des événements». Mieux encore, «pour la première fois, un ensemble de pays aura les droits de retransmission pour huit compétitions pendant une période de deux ans pour un montant au moins de 15 mille euros».
Et au-delà de la Can, l’Uar a réussi à trouver également un accord sur les huit compétitions organisées par la Caf pour les deux années à venir. Il s’agit de la Can 2017, du tournoi final de la Can 2017 des U20, de celui de la Can 2017 des U17, du tournoi final de la Can féminine 2018, des phases finales des Ligues de champion de la Caf 2017 et 2018, des phases finales de la Coupe Caf 2017 et 2018, de la Super Coupe de la Caf 2017 et 2018.

Hommage rendu à Macky Sall pour son implication
Citant l’exemple de la Radio télévision sénégalaise (Rts), dont le pays est qualifié à la Can 2017, le directeur de l’Uar informe que la chaîne nationale va payer «1 million 300 mille euros à la place des 1 million 350 mille euros demandés en premier lieu par le Groupe Lagardère». Sous ce rapport, des critères culturels, sportifs ou encore géopolitiques ont été pris en compte par les différentes parties. «On ne peut demander le même montant à un pays qui n’est pas qualifié. Encore moins à un pays en guerre ou dont le football n’est pas la discipline numéro 1», précise-t-il.
Au finish, M. Grégoire Ndjaka de préciser que «c’est un bénéfice de près de 6 millions d’euros qui a été réalisé. En termes de pourcentage, on est à 18% de réduction. Et on espère qu’elle sera à 25% les années à venir» ; d’où le satisfecit du directeur de l’Uar soulignant que cet accord a le mérite d’amener les membres à respecter la ligne de conduite édictée par l’Assemblée générale extraordinaire du 17 mai dernier à Dakar.
A ce titre, le patron de l’Uar a tenu à remercier, «pour son implication», le Président Macky Sall qui avait promis de porter le message de l’Uar auprès de ses pairs. De même que le président de la Confédération africaine de football (Caf), Issa Hayatou, «pour son arbitrage».
Des remerciements également adressés aux membres de l’Uar. «Ensemble, on peut faire beaucoup de choses en Afrique. Les organismes ont respecté les engagements. On a compris qu’on ne gagne pas la bataille seul. Chacun a apporté sa contribution pour la réussite de cet accord», dira le directeur de l’Uar qui aussi salué le rôle et l’implication du directeur de la Radio télévision sénégalaise (Rts), Racine Talla.
wdiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here