PARTAGER

Le Sénégal a toujours été cité en référence en matière de santé : que ce soit aussi bien à travers nos structures de formation qu’à travers nos ressources humaines. Le monde scientifique respecte le Sénégal dans ce domaine. Nous avons des raisons d’être fiers de notre leadership au plan médical.
Toutefois ce rayonnement sénégalais laisse apparaître un certain paradoxe : émergence et persistance d’une certaine pagaille avec l’irruption d’une médecine parallèle qui tire sa légitimité et sa légalité de l’obscurantisme et de la naïveté compréhensible d’un segment de la population. Il s’agit de ces lugubres prétendus médecins guérisseurs qui contre toute éthique, exploitent impunément les difficultés multiformes des populations pour leur faire croire qu’ils ont la solution à tous leurs maux.
Dans ce Sénégal rayonnant sur la scène internationale, les autorités en charge du secteur de la santé laissent prospérer la publicité mensongère de ces guérisseurs sans foi.
Des radios ou télévision régulièrement reconnues acceptent de faire la promotion de ces «médecins» sans scrupules pourvu qu’ils s’acquittent d’avec le service commercial de la radio ou de la télévision concernée. Là, on raisonne en termes d’argent. L’argent d’abord, le reste après. La fin justifie les moyens. On ne mesure pas les conséquences amères qui pourraient en découler. La morale, l’éthique et l’orthodoxie se retirent petit à petit de certaines entreprises de presse.
Des analphabètes s’improvisent biochimistes et deviennent des pharmaciens, au point d’ouvrir des magasins de vente de médicaments sans se référer à la loi. Tout cela, sous le nez et à la barbe de ceux qui ont en charge la gouvernance sanitaire.
Le Sénégal, pays de référence en matière médicale, se retrouve ainsi avec un visage hideux, désarçonnant, où n’importe qui peut se réclamer médecin et pharmacien, ouvrir son officine et assumer cette fonction sans subir de sanction. N’est-ce pas triste ?
C’est dans ce contexte que nous sommes surpris d’apprendre qu’il existe un ministre de la Santé et de l’action sociale soucieux d’une l’information médicale juste et qui envisage des poursuites contre les auteurs de fake news. Ridicule ! Ridicule ! Ridicule !
Nous apprenons ainsi que notre ministre de la Santé et de l’action sociale gouverne son secteur selon une approche conjoncturelle et non structurelle. C’est tout le sens de sa réaction épidermique liée au combat qu’il veut mener contre des fake news dans un contexte précis de lutte contre le coronavirus. Vision réduite de la gouvernance médicale !
Nous profitons de cette occasion pour renouveler nos sentiments de profonde gratitude à tous les corps médicaux de notre pays qui, malgré toutes les contraintes, se battent pour nous apporter bonheur et bien-être. Leur seul ennemi s’appelle MALGOUVERNANCE MEDICALE.
Abdou SANE
Ancien député
Président de la commission environnement du conseil départemental de Ziguinchor
abdousanegnanthio@gmail.com
Sénégal

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here