PARTAGER

Le Maroc n’est plus une porte ouverte aux Sénégalais, qui s’y rendaient sans soucis. Rabat durcit les conditions d’entrée sur son territoire aux Sénégalais même s’ils sont toujours dispensés de visas. Malgré les solides liens qu’entretiennent les deux pays.

C’est une mesure, prise peut-être pour décourager les candidats à l’émigration clandestine. Car, le Maroc est un pays de transit pour des Sénégalais et d’autres Subsahariens, dispensés de visas, qui rêvent de rejoindre l’Espagne en mettant en péril leurs vies sur les barbelés de Ceuta et Melilla. Mais, Rabat a décidé de rendre plus difficiles les conditions d’entrée sur son territoire pour limiter les flux migratoires. Selon le Consul du Sénégal à Casablanca, il est désormais soumis aux Sénégalais non-résidents réguliers la «présentation de preuves de possession de moyens de subsistance suffisants, ou à défaut la réservation d’hôtel et d’un billet retour». Ces documents sont exigés, estime le consul, à «tout Sénégalais désireux d’accéder au territoire du royaume par les plateformes aéroportuaires».
Cette décision, qui durcit les conditions d’entrée sur le royaume, peut paraître incompréhensible. Voire difficile à admettre. Parce que la proximité historique entre le Maroc et le Sénégal, deux alliés solides en Afrique, a toujours résisté à toutes les contingences. Dakar fait partie des Parrains du Maroc pour son retour au sein de l’Union africaine (Ua) et son entrée dans la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). Sur le plan diplomatique, la position du Sénégal n’a jamais bougé sur l’épineux dossier du Sahara. A Marrakech où se tenait lundi la Conférence ministérielle africaine sur l’appui de l’Ua (Union africaine) au processus politique des Nations unies sur le Sahara, le chef de la diplomatie sénégalaise a une nouvelle fois réitéré le «soutien indéfectible» du Sénégal au Royaume du Maroc mais également le «respect de l’intégrité territoriale» de ce pays. Il expliquait que «s’il était encore besoin de le renouveler, je vous dirais que notre position en la matière est (…) fondée qu’elle est sur une amitié sincère et ancienne, une adhésion commune aux valeurs de paix, une foi partagée dans les vertus du dialogue». Quid de la coopération économique avec la présence de nombreux intérêts économiques marocains à Dakar ? Tout ça n’a pas pu peser sur la balance au moment de prendre cette décision, qui s’applique à d’autres ressortissants de pays africains, soumis désormais à l’obtention de visas avant de fouler le sol chérifien.
En tout cas, le durcissement des conditions d’entrée sur le territoire est acté. «Et les Sénégalais sont invités à prendre toutes les dispositions pour se conformer à cette règle afin d’éviter tout désagrément», insiste le Consul général, Massamba Sarr. Evidemment !
bsakho@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here