PARTAGER

L’usine de Keur Momar Sarr 3 va entrer en production au plus tard le 31 mars. Le chantier est achevé à 93%, selon Serigne Mbaye Thiam, ministre de l’Eau et de l’assainissement, qui visitait le chantier hier.

Ça sera bientôt un mauvais souvenir : la période où dans certains quartiers de Dakar la richesse d’un homme se mesure à sa capacité de stockage d’eau. «Le gouvernement a demandé que la production d’eau de l’usine de Keur Momar Sarr 3 (Kms3) puisse démarrer au plus tard le 31 mars 2021», a déclaré le ministre de l’Eau et de l’assainissement, lors de la visite de chantier au Lac de Guiers ce mercredi. Ainsi, ce sera 100 mille m3 d’eau supplémentaires que Kms3 va injecter dans le circuit de distribution de Dakar. Les essais techniques vont démarrer d’ici la fin de ce mois. Après plus d’un milliard 300 mille litres vont être introduits dans les 216 km de canalisation, afin de nettoyer les conduits. Pour autant, si Serigne Mbaye Thiam a coché une date sur le calendrier pour le démarrage de la production de Kms3, il s’est aménagé une porte de sortie en déclarant que «l’usine de traitement est achevée à 93%. Le montage mécanique est en cours, nous espérons le début des essais techniques dans quelques semaines (…)  Nous espérons que les essais techniques ne nous révéleront pas de surprises. Il faut aussi espérer que la pandémie va reculer car elle s’exacerbe».
A cet effet, si tout se déroule comme prévu, ce sera plus d’un million de personnes qui vont sentir une nette amélioration de la distribution d’eau surtout dans la région de Dakar. Selon Serigne Mbaye Thiam, «actuellement, la production qui va à Dakar c’est près de 484 mille m3. Le potentiel distribué est de 455 mille m3. Nous avons un taux de production qui tourne autour de 96% du potentiel mobilisé. Nous avons Kms3 qui va injecter 100 mille m3, l’usine de dessalement va injecter dans un premier temps 50 mille m3. Avec ce total, nous couvrirons le besoin d’eau de Dakar».
Initialement l’usine de Kms3 est faite pour produire 216 mille m3/jour, mais seulement 100 mille m3/jour seront produits dans un premier temps, car le surpresseur de Mékhé est en chantier.

Un investissement de 284 milliards
Au total, ce projet va coûter 284 milliards de francs Cfa pour résoudre le problème d’approvisionnement d’eau de Dakar, Thiès et Mbour. Qui consomment plus de 80% de la production au Sénégal.
Sur cette somme, la Banque mondiale y a contribué à 1%, l’Etat du Sénégal, 5%, la Banque africaine de développement (Bad), 16%, l’Agence française de développement (Afd), 22%, la Banque européenne d’investissement (Bei), 24%, et la Banque islamique de développement (Bid), 32%.
«Nous sommes rassurés par le niveau d’exécution des travaux de l’usine.
Le montant du projet est de 284 milliards Cfa. Sur ce montant, il y a 12 milliards Cfa que le gouvernement a mobilisé au titre des indemnisations. Sur les 272 milliards d’emprunts qui restent, pour ne pas altérer l’équilibre financier de la Sones et que l’investissement soit répercuté sur le consommateur, l’Etat a pris en charge 85% de l’emprunt. Ainsi la Sones ne va rembourser que 45 milliards de francs Cfa sur les 272 milliards. C’est ce même montant que la Sones va répercuter sur son prix patrimoine», a expliqué Serigne Mbaye Thiam, pour exclure toute augmentation sur le prix de l’eau.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here