PARTAGER

Les Unités 23, 24, 25, 26 des Parcelles Assainies et Hlm Grand Médine vont disposer de 2,4 millions de litres d’eau par jour supplémentaires. C’est le résultat de la mise en service de l’unité mobile de traitement d’eau potable du forage sis à côté du Lycée moderne de Dakar (Lymodak). Deux suppresseurs et un autre réseau viendront combler le gap de ce département dont le besoin est estimé à 5 mille m3/ jour.

Les populations des Unités 23, 24, 25, 26 et Hlm Grand Médine des Parcelles Assainies peuvent pousser un ouf de soulagement. L’unité mobile de traitement d’eau potable devant réduire la teneur en fer du liquide précieux pour ces quartiers précités a été mise en service. Ainsi c’est 2,4 millions de litres par jour que vont recevoir ces populations. Pour l’acquisition de cette unité mobile, l’Etat a investi 900 millions de francs Cfa.
«Depuis 2012, plus de 80 forages ont été réalisés pour résoudre la demande. Ce forage des Parcelles Assainies a été mis en place en même temps que celui de Nord foire. Il s’est avéré que l’eau se trouvant à 60 mètres sous terre est très chargée en fer. C’est ce qui expliquait sa couleur rougeâtre. 900 millions ont été dépensés pour résoudre le problème. Cette unité mobile pourrait être redéployée quand l’usine de Kms3 et celle de dessalement vont entrer en service», a déclaré le Directeur général de la Sones. Charles Fall a expliqué hier, lors de la cérémonie de mise en service, que les «Parcelles Assainies étaient alimentées par le forage de la même capacité de Yengoulène. Qui alimentait aussi Nord foire et une partie de Ouest foire». C’est ce qui expliquait les problèmes d’alimentation de la zone. Après la mise en service de l’unité mobile, une visite dans les quartiers cibles a permis de constater l’alimentation correcte en eau potable. Pour Moussa Sy, le maire des Parcelles, cette structure vient à point nommé. «Depuis quelques années cette zone des Parcelles Assainies vit des moments difficiles par rapport à la distribution de l’eau (…) C’est un ancien forage qui va aujourd’hui, régler le problème de la teneur en fer. C’est important de saluer les moyens colossaux que le gouvernement a dégagés. Il faut que nous soyons assez responsables pour ne pas gaspiller l’eau car il y a une forte demande», a-t-il déclaré.
Si une partie des Parcelles Assainies va constater l’évolution positive de l’alimentation, une autre devra garder son mal en patience. En effet, «il y a deux suppresseurs qui seront construits l’un au centre de santé Mame Abdou et à l’Unité 7. Un autre réseau va partir du centre de secours de l’Unité 12 jusqu’à l’école Dior. D’ici le mois de juin, les Parcelles Assainies ne parleront pas de manque d’eau», a annoncé Moussa Sy. Qui a mis au profit de la Sones des parcelles de terre pour la construction d’infrastructures hydrauliques.
Cette zone des Parcelles Assainies est l’une des plus marquées par le manque d’eau. Si pour le moment, son besoin réel en liquide précieux est estimé à pas moins de 5 mille m3/jour, les chiffres de la quantité d’eau disponible sont méconnus.
Interpellé sur cette question, Charles Fall dira que «les Parcelles Assainies ne consomment pas moins de 5000 m3. Cette unité va impacter près de 50 mille personnes (…) Le réseau d’eau potable dans les grandes villes est évalué à plus de 15 millions de mètres. La région de Dakar en a 8 millions de mètres et les Parcelles Assainies ont un million de mètres.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here