PARTAGER

La vue de femmes avec des bassines à la tête, déambulant dans les rues de Dakar, sera bientôt un mauvais souvenir. Les 200 mille m3 que l’usine de Keur Momar Sarr 3 va quotidiennement produire seront effectifs «courant 2020». Une visite du chantier a permis de constater l’état des travaux qui est à «60% d’exécution».

La «solution viable dans le long terme» pour définitivement régler le problème de l’eau au Sénégal commence à prendre forme. La construction de l’usine d’eau Keur Momar Sarr 3 dont la production attendue est de 200 mille m3 par jour est à «60% de taux d’exécution». C’est le directeur de la Société nationale des eaux du Sénégal qui a fait la révélation hier, lors d’une visite des chantiers avec les associations de consommateurs. Mieux, la mise en service de Kms3 est attendue «courant 2020. A cette date, les travaux seront achevés, les ouvrages mis en service et les populations sentiront l’impact de ce projet», a déclaré Charles Fall, directeur de la Sones. Si la construction de l’usine va prendre une durée de presque 2 ans, c’est parce que la Sones a opté pour une conception-réalisation, a déclaré le responsable de l’entreprise.
«L’entreprise en charge des travaux doit assurer la conception, nous proposer des plans que nous devons valider avec le maître d’œuvre qui est un cabinet international en relation avec des ingénieurs de la Sones. Ce n’est qu’après approbation des plans que le travail commence sur le terrain», a détaillé Charles Fall. En plus, Keur Momar Sarr 3 sera dotée d’une ligne haute tension pour assurer la distribution continue du liquide précieux, même en cas de panne de la Senelec. La visite de terrain a permis de se rendre compte de l’état d’avancement des travaux. La ligne haute tension est raccordée au poste de Sakal.
«En 2018, nous avons commencé l’exécution des travaux. Il s’agit d’une station de 200 mille m3 par jour, de 216 km de canalisation et d’un réseau de distribution. La station est alimentée par une ligne haute tension. Cette ligne permet de sécuriser la distribution de l’eau au niveau de la station. Sur la station, nous sommes à 28% d’avancement. On est en conception-réalisation. Donc une partie du temps est utilisée à la fiabilisation des plans et à leur approbation. Sur les canalisations, nous devons poser 216 km, 177 ont déjà été faits. Et sur ce chiffre, 109 ont été déjà essayés. Soit un taux de 77% d’exécution de la canalisation», a informé Abdoul Niang, coordonnateur de l’unité de gestion de Kms 3. Invitée à se rendre compte de visu de l’avancement des travaux, la Ligue des consommateurs s’est dit rassurée. «Au vu de l’état d’avancement, nous sommes rassurés. La livraison est prévue pour 2020. Ce qui va considérablement améliorer l’offre dans les zones ciblées», a déclaré Abdou Karim Touré, vice-président de l’organisation consumériste.
Lancée en 2018, Kms3 a un coût global de 274 milliards Cfa. Elle vise à combler le besoin en eau de Dakar, Thiès et la Petite Côte d’ici 2025. Elle aura une capacité de 200 mille m3 par jour. Cela, additionné au 132 mille m3 par jour que produisent les usines de Keur Momar Sarr 1 et 2, va considérablement améliorer l’offre en attendant le lancement prochain de l’usine de dessalement.
 mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here