PARTAGER

Le président de la République Macky Sall procédera à la pose de la première pierre de la troisième usine de traitement et de pompage d’eau potable de Keur Momar Sarr (Kms3), le 21 décembre prochain. C’est du moins ce qu’a annoncé hier, le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne, lors du lancement du projet dont le coût est estimé à 274 milliards de francs Cfa.

La construction de la troisième usine de traitement et de pompage d’eau potable de Keur Momar Sarr (Kms3) devrait bientôt démarrer. En effet, le président de la République Macky Sall prendra part à la pose de la première pierre du projet le 21 décembre prochain, a annoncé hier, le Premier ministre Ma­ham­med Boun Abdallah Dionne, lors du lancement des travaux.
D’un coût global de 274 milliards de francs Cfa, ce projet va permettre de renforcer, d’ici à 2021, la capacité de distribution d’eau potable afin d’améliorer l’approvisionnement en eau des populations de Dakar. Il va en effet, impacter plus de 3 millions de personnes.
«Globalement, 200 mille m3/jour seront mobilisés en plus de l’usine de dessalement d’eau qui va produire 100 mille m3/jour. On aura 300 mille m3/jour disponibles en 2020 et en 2021. Donc cela va permettre de régler définitivement, les questions liées au déficit et au manque d’eau», assure le ministre de l’Hydraulique et de l’assainissement. Mais, précise Man­sour Faye, «présentement nous sommes en train d’effectuer des programmes intermédiaires à savoir la mobilisation de l’eau à partir des forages de Cayar, de Tasset et même sur le littoral nord qui vont nous permettre de réduire davantage ce déficit pour soulager la souffrance des populations qui sont confrontées à des problèmes liés à l’approvisionnement en eau. Donc, sur l’échéance de 2018-2019, le déficit va se réduire considérablement mais, l’autosuffisance en eau sera disponible à partir du premier trimestre de 2020». Concernant le financement de Kms3, M. Faye indique que  «l’Etat du Sénégal partage le coût du projet avec des partenaires techniques et financiers dont l’Agence française de développement (Afd) qui a contribué à hauteur de  60,4 milliards de francs Cfa ; la Banque africaine de développement (Bad) qui a mobilisé 42,6 milliards; l’Etat et la Sones, 13,5 milliards; la Banque mondiale, 3,9 milliards; la Banque européenne d’investissement (Bei), 65,6 milliards et la Banque islamique de développement (Bid), qui a apporté 87,6 milliards de francs».
Le Premier ministre Ma­hammed Boun Abdallah Dionne, qui présidait la rencontre, a rappelé que la deuxième usine de Keur Momar Sarr avait été réalisée par le régime de Abdoulaye Wade, alors que Macky Sall était ministre de l’Hydraulique.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here