PARTAGER

Le Sénégal et l’Agence française de développement (Afd) ont signé avant-hier un accord de financement complémentaire de 9,8 milliards de francs Cfa pour la construction de la troisième usine de traitement et de pompage d’eau potable à Keur Momar Sarr. Cette convention prendra en charge le financement d’un deuxième accélérateur à Mékhé, qui permettra la connexion au réseau de 850 mille personnes grâce à 85 mille nouveaux branchements sociaux.

Le ministre de l’Economie, du plan et de la coopération a procédé avant-hier, avec le directeur de l’Agence française de développement, Alexandre Pointier, à la signature d’une convention de financement complémentaire de 9,8 milliards de francs Cfa équivalant à 15 millions d’euros. «Le projet de construction d’une troisième usine de traitement et de pompage d’eau potable de Keur Momar Sarr, communément appelé Kms3, a pour objectif principal de sécuriser l’accès durable aux services en eau potable pour les populations vivant à Dakar et ses nouveaux pôles urbains de Diamniadio et du Lac rose, la zone aéroportuaire de Diass, les zones touristiques de la Petite-Côte et les zones traversées par la nouvelle conduite», a dit d’emblée le ministre Amadou Hott qui présidait la rencontre. Il a ajouté que l’Agence française de développement, par un financement total de 107 millions d’euros soit 70 milliards de francs Cfa, accompagne le gouvernement dans la mise en service prévue en 2020, de cette troisième usine de traitement d’eau qui va augmenter la capacité de la production de 100 mille à 200 mille m3 par jour. «Ce projet (Kms3) permettra ainsi d’améliorer l’accès à l’eau potable pour plus de 3,5 millions de personnes soit la population de l’agglomération dakaroise à laquelle s’ajoutent les habitants des localités traversées. 1 million de personnes auront un accès amélioré au service d’eau potable avec une meilleure pression. 850 mille personnes supplémentaires seront connectées au réseau grâce aux 85 mille branchements sociaux», informe Charles Fall, Directeur général de la Société nationale des eaux du Sénégal (Sones).
Pour rappel, ce projet lancé en décembre 2017 à Thiès par le Président Macky Sall, est cofinancé par l’Etat du Sénégal (pour 13,5 milliards Cfa), la Banque islamique développement (à hauteur de 87,6 milliards Cfa), la Banque européenne d’investissement (avec une contribution de 65,6 milliards Cfa), la Banque africaine de développement (avec 42,6 milliards Cfa), l’Agence française de développement (qui apporte 60,4 milliards Cfa) et la Banque mondiale qui participe avec un montant de 3,9 milliards de francs Cfa.
Stagiaire 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here