PARTAGER

Entre le Sénégal et la Turquie, le volume des échanges n’excède pas 250 millions de dollars (134 mil­liards de francs Cfa). Au cours du forum d’affaires qui a eu lieu hier au deuxième jour de la visite du Président turc au Sénégal, les deux Présidents ont exprimé le vœu de booster ces échanges. Pour cela, quatre nouveaux accords entre les deux pays ont été signés hier. Ils viennent renforcer un arsenal de 24 autres qui régissent les relations économiques entre les deux pays. «Il s’agit maintenant pour le secteur privé de développer des partenariats pour que le volume de notre coopération commerciale puisse augmenter en créant de nouvelles activités à la fois génératrices d’emplois et de revenus», exhorte le Président sénégalais qui souligne que le pays est une excellente porte d’entrée au marché ouest-africain et à ses 300 millions de consommateurs. Le forum d’affaires qui a eu lieu en présence de plus de 150 hommes d’affaires turcs et de 450 hommes d’affaires sénégalais va permettre de renforcer les relations entre les deux pays, souligne le président du Conseil national des employeurs du Sénégal (Cnes). «La venue de la délégation turque nous autorise à penser qu’elle va contribuer à résorber le gap important qui existe dans le cadre de nos échanges avec la Turquie. Nous avons une balance déficitaire et il faudra que nous travaillions ensemble pour changer cela», indique Mansour Cama. «Le Sénégal a beaucoup de choses à offrir tant du point de vue des produits qui peuvent intéresser la Turquie que dans le domaine des investissements et de la transformation des matières premières là où il faut des transferts de technologies et d’expertise. Mais nombre de produits du Sénégal peuvent trouver des marchés en Turquie et vice-versa», poursuit le représentant du secteur privé sénégalais.
Pour le Président Erdogan, son pays peut offrir des opportunités importantes pour les produits sénégalais, mais aussi servir de porte d’entrée pour l’exportation vers d’autres pays. «La Turquie est membre du G20. Elle est la 13e économie du monde. Dans l’Organisa­tion de coopération et de développement économique (Ocde), notre pays est celui qui a la plus grande vitesse de développement», indi­que-t-il. Il est vite pris au mot par le Président Macky Sall, puisque ce dernier a demandé aux hommes d’affaires turcs de venir acheter l’arachide sénégalaise. «Monsieur le Président, j’encourage les opérateurs économiques turcs à acheter l’arachide sénégalais», appelle le Président sénégalais. Selon Macky Sall, d’autres secteurs d’opportunité existent pour les hommes d’affaires turcs. «Clairement, nous avons du travail à faire pour booster le développement des relations entre les deux pays, notamment en ce qui concerne le secteur de l’agriculture et de l’agrobusiness où le Sénégal a des besoins de production et de transformation de ses produits pour assurer son autosuffisance alimentaire et perfectionner ses filières horticoles et son élevage», souligne Macky Sall, en précisant également que les secteurs des mines et des hydrocarbures offrent des opportunités. «Je suis en train d’élaborer une loi sur la compétence nationale et les entreprises sénégalaises devront chercher des partenaires dans le secteur de la logistique, du transport ou la transformation des hydrocarbures», dit-il. En outre, les domaines de la santé, du tourisme et de l’habitat sont autant de secteurs dans lesquels le Sénégal est ouvert aux investisseurs étrangers. «Il faut encourager les joint-ventures pour tirer profit de notre complémentarité», souligne le Président sénégalais.
mamewoury@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here