PARTAGER

Ousmane Sonko est le premier opposant à lever la main pour répondre favorablement à l’invite du Président Macky Sall relative à un débat public sur les inondations. Le leader de Pastef a profité de cette occasion pour rappeler qu’il est le seul opposant radical à ce régime. Mais Macky Sall lui aussi par ses déclarations, commence à légitimer Sonko dans ses prétentions de challenger.

Ils ne s’aiment pas, ne s’adorent pas. Mais, ils communiquent. Le Président Macky Sall et l’opposant Ousmane Sonko sont liés dans le paradoxe des clivages politiques. Le député, leader de Pastef, a répondu hier favorablement au débat appelé par celui qu’il voit comme son seul et unique adversaire dans le champ politique. «Le Président Macky Sall a lancé un défi à tous les Sénégalais et particulièrement à l’opposition que nous sommes. Il se dit enfin prêt à débattre, avec qui le souhaitait de la question des inondations et de l’assainissement. Un tel exercice serait une grosse bouffée d’oxygène pour notre démocratie et la transparence», a écrit Ousmane Sonko sur sa page Facebook. Avant d’ajouter : «Nous acceptons sa généreuse offre et saluons ce souci subit de transparence en relavant son défi. Pour l’honneur de la «descendance de la lignée des guerriers» dont il se réclame, il ne saurait se débiner tel que constaté récemment sur la même question».
A Diamniadio, lors du Conseil présidentiel sur la relance de l’économie, mardi dernier, le chef de l’Etat avait invité à un débat public sur sa gestion du Plan décennal de lutte contre les inondations. «Je suis à l’aise pour engager ce débat avec qui le souhaite dans ce pays. Pour dire que mon gouvernement a fait ce qu’aucun gouvernement n’a fait depuis 1960 en matière de lutte contre les inondations», avait lancé Macky Sall. Pour l’instant, on ne connait rien des contours d’un éventuel débat entre le chef de l’Etat et son farouche opposant. Qui en sera l’organisateur ? Quels seront les termes de référence ? Ou va se dérouler ce débat ? Pour l’instant, un face-à-face médiatique entre Macky Sall et Ousmane Sonko ne dépasse pas des déclarations par médias interposés. Donc le débat existe. Il se fait juste à distance.
Avec le silence prolongé de Idrissa Seck, Ousmane Sonko saute sur l’occasion offerte par le président de la République. Etait-ce un moyen pour Macky Sall d’inviter Sonko sans le nommer ? Ce qui est sûr, c’est que Macky Sall circonscrit le champ d’intervention favori de Sonko pour lui répondre. «Je ne veux pas qu’on veuille par des réseaux sociaux ou simplement de la pure démagogie remettre en cause les efforts pour assainir nos villes et nos communautés dans la région de Dakar», a-t-il dénoncé. Qui a remis en cause la gestion du Plan décennal de lutte contre les inondations ? Le chef de l’Etat pointe du doigt sans le citer le leader de Pastef, qui avait déclaré, lors d’une conférence de presse le 9 septembre dernier, que seuls 48 des 767 milliards ont été dépensés.

Bataille médiatique sur le Ter
Sur un autre registre, Macky a aussi porté la réplique à Sonko, notamment au sujet du Train express régional. «Notre pays va connaître dans les prochains mois un développement très moderne du transport urbain. Avec le démarrage du Train express régional qui a fait couler beaucoup d’eau sous les ponts. Mais il va démarrer s’il plaît à Dieu en 2021», a encore dit Macky Sall à Diamniadio. Quand il souligne que cette question «fait couler beaucoup d’eau sous les ponts», le président de la République semble s’adresser à Ousmane Sonko qui, depuis le lancement du Ter, avait affirmé que les montants officiels étaient largement inférieurs au coût réel de ce train. Et lors de sa dernière rencontre avec la presse, Sonko a de nouveau attaqué Macky sur la question. «Je vous ai dit ici que le Ter a coûté plus de 1500 milliards. De plus en plus, ça va augmenter. Avant-hier, il (Macky Sall) était allé à Paris pour parler ni d’inondations ni d’éducation nationale mais pour chercher 17 milliards pour le Ter sur un tronçon dont on avait déjà le financement. Personne ne peut chiffrer l’arnaque qui existe sur le Ter», avait-il accusé.
Il faut pourtant être clair : Ousmane Sonko n’est pas le leader de l’opposition. Ni la représentation de son parti à l’Assemblée nationale (1 seul député) ni sa 3ème position à la dernière élection Présidentielle ne lui accordent ce statut. Cependant, le président du parti Pastef, a le mérite de bousculer le pouvoir actuel dans ses derniers retranchements sur bien des sujets. Ses sorties médiatiques semblent parfois ébranler le pouvoir. Et dans bien des cas, le président de la République a répondu. Par le passé, Ousmane Sonko a plusieurs fois demandé en vain un débat public avec Macky Sall. Cette fois-ci sera peut-être la bonne occasion…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here