PARTAGER
Port deDakar.

Le Port autonome de Dakar et le celui d’Algésiras sont à la recherche de voies et moyens pour renforcer leur coopération et développer les exportations entre le Sénégal et l’Espagne. Les responsables des deux ports ont tenu hier, une réunion d’information en ce sens.

Le port d’Algésiras et celui de Dakar veulent renforcer leur coopération. Ainsi, les deux responsables des deux structures ont tenu hier, une réunion d’information afin de jeter les ponts d’un partenariat gagnant-gagnant.    «Nous nous sommes réunis pour voir comment trouver des portes pour renforcer notre coopération, afin de faciliter nos échanges. Ceci permettra d’avoir des opportunités mutuelles», explique Mme María Peña Mateos, conseillère aux affaires économiques et commerciales, à l’ambassade d’Es­pagne au Sénégal.
A travers ces échanges, les deux parties ambitionnent aussi, de créer une plateforme  permettant de promouvoir les échanges et développer les exportations entre les deux pays. Selon Abdoul Hamid Sy, coordonnateur de la cellule de communication et relations publiques du Port autonome de Dakar, l’arrivée du port d’Algésiras est une grande opportunité pour le port de Dakar compte tenu de ce qu’ils partagent ensemble. «Algésiras est dans un positionnement stratégique qui lui permet d’atteindre le port de Dakar en 5 jours. C’est une porte d’entrée pour l’Europe comme le port de Dakar est une porte d’entrée pour l’Afrique de l’Ouest», assure-t-il. Ce qui fait que cette rencontre, «nous permet de mettre en synergie les offres logistiques que nous avons au grand bénéfice des opérateurs sénégalais».
En ce sens, un certain nombre de filières ont été identifiées, notamment des filières à fort potentiel pour augmenter les flux d’exportation. Il s’agit de la pêche et les fruits et légumes. Car, précise le coordonnateur de la cellule de communication du Pad, «c’est dans l’augmentation des flux que chacun des ports pourra tirer son épingle du jeu».
S’agissant des problèmes que rencontrent les exportateurs, un travail permanent va être fait. «C’est-à-dire un travail d’accompagnement que nous faisons avec les opérateurs que ce soit dans la filière horticole comme nous l’avons identifié, comme celle de la pêche», assure M. Sy. Qui souligne que de manière permanente, le port de Dakar apporte son appui en relation avec les ports partenaires. Et c’est dans cette logique qu’ils ont «envisagé de créer cette synergie, d’accompagner les operateurs pour que leurs opérations puissent se passer dans de meilleures conditions pour pouvoir augmenter leurs flux d’exportation». Il a souligné à ce propos, que c’est dans l’augmentation des exportations que justement, les ports respectifs pourraient trouver des avantages certains et aider leurs operateurs à gagner des marchés européens en respectant et en se mettant dans les conditions qui leur permettent de pouvoir être compétitifs et s’aligner sur les standards internationaux. Pour Gerardo Landaluce Calleja, sous-directeur général développement et commercial de l’Autorité portuaire de la Baie d’Algésiras,  même s’ils  sont en très haute relation avec le port de Dakar, ils comptent travailler ensemble pour approfondir leurs relations actuelles.
 Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here