PARTAGER
Alioune Sarr, ministre du Commerce...

Après avoir ratifié l’Accord sur la facilitation des échanges de l’Organisation mondiale du commerce (Omc), le Sénégal se conforme à ses engagements en mettant en place un Portail d’information commerciale (Pic). L’outil va mettre celle-ci à la portée des usagers en un seul clic.

Le Sénégal a ratifié l’Accord sur la facilitation des échanges de l’Organisation mondiale du commerce (Omc) conclu en décembre 2013 à Bali en Indonésie. Pour se conformer à ses engagements, le Sénégal va mettre en place un Portail d’information commerciale (Pic). Le lancement des travaux de ce portail a eu lieu hier. Selon le ministre du Commerce Alioune Sarr, ce portail «fournira notamment des informations relatives aux accords commerciaux, tarifs, procédures d’importation, d’exportation, de transit, lois et règlements commerciaux, formulaires et certificats obligatoires». A en croire M. Papa Thialaw Fall, coordonnateur du Sous-comité facilitation des échanges, les entraves tarifaires et non tarifaires constituent un blocage à la libre circulation des biens. «Qui dit lenteur dit coûts d’exploitation, ce qui obère la compétitivité des opérateurs économiques. Il est important que l’opérateur économique puisse agir en connaissance de cause, en ayant toutes les informations lui permettant de procéder à l’importation ou l’export de ses produits», souligne M. Fall.
La mise en place de cet outil va ainsi mettre l’information commerciale à la portée de l’usager en un seul clic, se réjouit la directrice du Commerce extérieur, Mme Assome Aminata Diatta. «En fonction des produits que l’on veut commercialiser, il faut s’adresser à des structures différentes. Et souvent, c’est très difficile pour l’usager d’identifier la structure habilitée à donner cette information», dit-elle. Dans la mesure où les barrières tarifaires et non tarifaires ont une incidence certaine sur le commerce, cette situation entraîne des lenteurs dans l’activité commerciale, le surenchérissement des coûts de transaction et des pertes de compétitivité, comme le constate Mme Sharon Carter, directrice adjointe de l’Usaid. C’est en ce sens que ce portail constitue une avancée significative. «Il va y avoir également des liens qui vont permettre à l’usager qui veut de plus amples informations d’être renvoyé à l’administration compétente. L’idée du portail, c’est vraiment de centraliser toute l’information commerciale et la rendre disponible à l’usager», souligne Mme Diatta. Ce portail est un outil capital pour le développement des activités commerciales au Sénégal. «Le portail va contribuer à la réduction des coûts et délais de transaction, à l’accélération des procédures douanières et au développement des flux d’échange de marchandises», indique Mme Carter.
La cérémonie de lancement a été l’occasion pour la direction du Commerce extérieur de signer des protocoles avec certaines directions techniques. C’est notamment le cas de la direction de la Facilitation et du partenariat avec les entreprises de la Douane, la direction du Redéploiement industriel, l’Agence de promotion des investissements (Asepex) et l’Association sénégalaise de normalisation. Selon Gaïndé 2000, chargé de la réalisation, la mise en service du Pic est prévue avant la fin de l’année.
mamewoury@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here