PARTAGER

Alors dans l’opposition, le patron de l’Alliance pour la République (Apr) pouvait toujours compter sur la détermination des Fatickois, en l’occurrence des jeunes, à le défendre contre vents et marées au point de lui dédier une chanson fétiche «booko laale, laal nga Sine» («si tu le touches, tu auras affaire au Sine»). Mais aujourd’hui, on a l’impression qu’un ressort s’est quelque peu cassé entre le chef de l’Etat et sa base affective du Sine. En témoignent les nombreuses fois où des jeunes de Fatick ont déversé leur colère dans la rue contre lui, comme ce fut le cas samedi dernier.

Un sentiment de désamour a-t-il fini de s’installer entre Macky Sall et la frange jeune de sa base affective ? La question trouve sa pertinence dans le fait que les jeunes Fatickois, qui jadis adulaient le chef de file de l’Alliance pour la République (Apr), ne cessent de multiplier les levées de boucliers à son encontre, depuis les premiers jours de son accession à la Magistrature suprême en 2012. En effet, quelques semaines seulement après que des jeunes mécontents ont brûlé des pneus devant le domicile familial du chef de l’Etat au quartier Peulgha, voilà que d’autres se réclamant toujours de l’Apr les ont emboîté le pas samedi dernier à travers une sortie des plus virulentes.
Dans une déclaration digne d’un pamphlet, ces jeunes, regroupés au sein d’un mouvement dénommé «Fatick debout», se disent «écœurés et très mécontents du fait que Fatick soit aujourd’hui abandonnée et laissée pour morte par le président de la République Macky Sall et certains responsables locaux». Aussi, leur porte-parole a-t-il invité leur mentor Macky Sall à accorder plus de considération à la ville qui l’a vu naître. «Fatick, la ville natale du président de la République Macky Sall, est une ville qui lui est fidèle et lui a tout donné. Mais au regard de la situation économique chaotique dans laquelle elle se trouve, il apparaît nettement que le Président peine à lui accorder toute la considération qu’elle mérite», a déclaré, sur un ton empreint d’amertume, Abdoul Aziz Faye.
Lequel, décrivant toujours la situation économique peu enviable du fief politique de Macky Sall, renchérit : «Le Sine est laissé en rade et souffre de plusieurs pathologies telles que le manque d’infrastructures, l’absence d’un plateau technique sanitaire digne de ce nom, un secteur industriel quasi inexistant et un taux de chômage exponentiel», s’est offusqué M. Faye. Avant de rappeler au président de la République leur compagnonnage, surtout pendant la période de vaches maigres. «La jeunesse fatickoise a toujours été au premier rang lors des combats que vous avez eu à mener victorieusement. A l’image de notre présence à vos côtés lorsque vous étiez convoqué à la Division des investigations criminelles (Dic) par le régime du Président Abdoulaye Wade, ou lors de la dernière campagne électorale», a fait savoir Abdoul Aziz Faye. Qui ne digère pas que des fils de Fatick «aussi méritants et compétents que d’autre» ne soient pas promus à certains postes de responsabilité.
Par ailleurs, ces frondeurs se sont attaqués à la gestion de l’équipe municipale dirigée par Matar Ba. Selon eux, la municipalité est «absente» et cela se traduit par des routes impraticables, des ordures qu’on rencontre à tous les coins de rue, faute de véhicules de ramassage et un déficit d’éclairage public. Sur un autre registre, ils ont dénoncé la manière dont la mairie gère le foncier. «Aujourd’hui, le foncier commence à poser problème. Les terrains sont octroyés dans des conditions douteuses à des personnes qui n’habitent pas la localité», accusent-ils.
dndong@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here