PARTAGER

La ministre de l’Economie solidaire et de la microfinance a présidé, lundi à Thiès, la célébration de la première édition de la Journée nationale de la «Calebasse de solidarité». Une occasion pour Aminata Angélique Manga de prôner la diversification et la multiplication de la «Calebasse de solidarité» dans toutes les régions du Sénégal, en vue de faire de cette approche un impératif pour l’économie sociale et solidaire du pays.

Faire de la Calebasse de solidarité un impératif pour l’économie sociale, c’est le vœu exprimé, à Thiès, par la ministre de l’économie solidaire et de la microfinance, Aminata Angélique Manga. Elle présidait la cérémonie officielle de lancement de la première Journée nationale de la «Calebasse de solidarité», initiée par le Réseau national des organisations de lutte contre la soudure et l’endettement (Renolse) en partenariat avec Action de carême (Adc) dont la coordination nationale est assurée par Agribio Services. Selon Mme Manga, «la mise en œuvre des “Calebasses de solidarité” a permis d’atteindre des résultats significatifs, avec un meilleur accès aux services sociaux de base, l’amélioration de l’alimentation des populations en quantité et en qualité, la réduction de la dépendance aux financements extérieurs». Toute raison, pour la ministre de l’Economie solidaire et de la microfinance, de suggérer la diversification et la multiplication desdites calebasses de solidarité dans toutes les régions du Sénégal, en vue de faire de cette approche, un impératif pour l’économie sociale et solidaire du pays. Une vision qui a permis, de l’avis de Aminata Angélique Manga, «la participation des couches vulnérables aux prises de décisions qui les concernent». Une démarche participative qui, selon elle, fonde même le socle de tout développement. «Et au regard de ces résultats, je voudrais que cette approche soit diversifiée», prô­ne-t-elle. Avant d’indiquer : «Cet élan de solidarité rejoint la vision du chef de l’Etat qui, dans le Plan Sénégal émergent (Pse), mise sur le développement du capital humain. Les promoteurs de cette initiative ont parfaitement compris la vision d’un Sénégal émergent du président de la République, Macky Sall, basée tout simplement sur le développement humain, la solidarité, l’équité, l’alliance d’une activité économique.» Ainsi espère-t-elle, qu’«au terme des travaux, l’objectif de plaidoyer en faveur de l’approche Calebasse de solidarité, à travers son importance, sa vulgarisation, la sensibilisation des décideurs et autorités, sera largement atteint». Aussi a-t-elle ajouté, «les travaux permettront également d’alimenter la réflexion sur le concept d’économie solidaire et de lui donner enfin, un contenu au Sénégal. Et c’est à travers ces résultats significatifs que le ministère de l’Economie solidaire et de la microfinance contribuera à la mise en œuvre de la volonté du président de la République de faire de l’année 2018, une année sociale exclusivement dédiée aux jeunes et aux femmes».

Une épargne de 150 millions
Une vision largement partagée par Djiby Thiam de l’Adc, qui promet de renforcer le plaidoyer et la collaboration avec l’Etat au niveau national pour permettre au programme d’être mis en échelle dans d’autres régions du Sénégal. «Nous sommes actuellement, dans huit régions et nous comptons nous élargir sur l’ensemble du territoire national», assure M. Thiam. Qui estime que «les résultats acquis en ce qui concerne la calebasse, tournent globalement autour de  150 millions de francs Cfa d’épargne».
La première édition de la Journée nationale de la «Cale­basse de solidarité» a été aussi l’occasion pour le Renolse, à travers les réalisations de ses 12 organisations de bas, de porter à la connaissance du grand public, l’apport de ce programme dans la transformation sociale des populations, soutient sa présidente, Mme Yaram Fall. Elle explique : «La Calebasse de solidarité est une émanation volontaire de personnes, vivant ensemble dans un esprit de confiance. Elle traduit des gestes concrets de solidarité comme les prêts collectifs sans intérêts en argent ou en produits de première nécessité pour la nourriture, la santé et l’éducation des enfants. L’initiative est symbolisée par une calebasse qui incarne l’abondance et l’expansion, mais aussi la solidarité qui sous-tend l’accès libre et volontaire de tous au repas collectif.» La présidente de Renolse souligne par ailleurs, que la «Cale­bas­se  de  soli­­da­ri­té­»  est  une  approche  de  proximité  qui  vise  le  renforcement  de  la solidarité,  la  réduction  des  inégalités  et  la  protection  contre  toutes  les  form  d’u­su­re.  «Et l’objectif est de se libérer de l’endettement en mangeant à sa faim, se soigner et s’éduquer», dit-elle. Mme Yaram Fall de terminer par signaler que les cibles du programme sont entre autres, les hommes et femmes vivant en milieu rural et périurbain aux revenus économiques très modestes. Il s’agit, selon elle, des paysans touchés par le phénomène de la soudure et victimes de l’emprise des usuriers. Egalement des «urbains» ayant du  mal­  à  s’adap­ter  aux  nouvelles  condi­tions  de  vie en  vil­le  avec­  les  sys­tèmes  économiques très monétarisés, et des pêcheurs victimes de la pêche illégale et de la raréfaction des ressources ha­lieu­tiques.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here