PARTAGER

Le ministre de l’Edu­cation nationale, en compagnie du gouverneur et de l’Inspec­teur d’académie de la région de Ma­tam ainsi que de la communauté éducative, a tenu ce vendredi un co­mité régional de développement sur le secteur de l’éducation. Une occasion pour Serigne Mbaye Thiam de faire l’évaluation des réalisations entre 2012 et 2016. Près de 8 mil­liards ont été in­vestis dans ce secteur à Matam.

Entre 2012 et 2016, la région de Matam a reçu 7, 955 milliards de francs Cfa de financement dans le secteur de l’éducation. Cette importante somme d’argent financée principalement par l’Etat du Sénégal, à travers le Budget d’investissement social, le Paids, le partenariat mondial pour l’éducation, la Banque mondiale et l’Usaid a servi à construire et à équiper 533 salles de classe, 35 blocs administratifs, 42 blocs d’hygiène, 15 murs de clôture et des points d’eau, pour un montant global de 3 107 712 323 francs Cfa auquel, il faut ajouter la construction et l’équipement de 31 écoles élémentaires comprenant chacune trois salles de classe, un bloc administratif, un bloc d’hygiène, un point d’eau et un mur de clôture pour un montant de 1 277 795 285 francs Cfa.
1 753 708 800 francs Cfa ont servi à construire 14 Collèges d’enseignement moyen  (Cem), clés en main, comprenant chacun un bloc administratif, des salles pédagogiques. Parmi eux, 8 Cem sont achevés et 4 en cours d’approbation du marché. Le région dispose d’un Bloc scientifique et technologique (Bst) en construction dans la commune de Matam pour un montant de 168 819 741 francs Cfa avec un équi­pement estimé à 175 000 000 francs Cfa. L’ins­pec­teur académique a souligné aussi le Projet d’appui à la modernisation des daara (Pamod), qui intervient dans 10 daara et dont l’implantation officielle des chantiers est effective, en plus des 14 daara du Paqueeb, dont l’appel d’offres a été lancé pour la construction de hangars au profit de ces daara. Pour le secondaire, 1, 753 milliards financé par le Paisd et le Bci a permis de construire 8 lycées et 8 salles de classe.
Pour les perspectives 2017- 2022, Serigne Mbaye Thiam annonce un financement déjà identifié d’un montant total de 1,864 milliard de francs prévu pour la région de Matam dans le préscolaire, l’élémentaire, le moyen et le secondaire. La réalisation de ces infrastructures est accompagnée des réformes et initiatives.

Matam déplore un déficit d’enseignants
Les extensions, les réhabilitations, la réalisation du Paquet minimal de services, la résorption des abris provisoires ont nécessité des dépenses importantes pour améliorer l’environnement scolaire, selon Seydou Sy. «Les abris provisoires sont passés entre 2012-2013 et 2015-2016, de 11,53% à 6,28% dans l’élémentaire ; 5,09% à 6,34% pour le moyen secondaire. Des réalisations qui ont impacté les résultats des examens du Cfee (+30% par rapport à  2015), du Bfem et du Baccalauréat pour lesquels Matam a réalisé les plus forts taux de réussite avec respectivement 77,56% et 48,02%», révèle l’Ia de Matam.
Malgré ces résultats, la région fait face à d’énormes défis notamment le déficit du personnel enseignant. «Des écoles construites et équipées sont fermées faute d’enseignants», indique le directeur des ressources humaines du ministère de l’Education. «L’année dernière Matam a enregistré 187 départs d’enseignants à l’élémentaire à ce rythme on aura plus de maitres dans les classes», se fâche le député. Pour Serigne Mbaye Thiam, cette question du déficit d’enseignants dans les régions de Matam et Sédhiou doit être réglée. «Je ne pense pas que la motivation financière soit une solution durable», estime-t-il. Pour le ministre, «il faut qu’il y ait des redéploiements, mais cela ne doit pas créer des déséquilibres préjudiciables», note-il avant d’ajouter que cette question est liée souvent à des favoritismes et des passe-droits. Au chapitre des difficultés, l’Ia soulevé le non-respect des cahiers de charges des entrepreneurs concernant la livraison des ouvrages et la qualité des infrastructures. Durant les différentes visites sur les sites abritant les chantiers. Presque dans tous les chantiers visités, des problèmes liés à la qualité des ouvrages ont été notés. La direction de la Construction scolaire a promis la mise en place d’un système d’alerte. Et le ministre de son côté s’est engagé à recruter un conseiller technique pour la supervision et le suivi des ouvrages. La région de Matam fait face aussi à un problème de relèvement des taux de scolarisation mais aussi à un manque d’engagement des collectivités locales envers le secteur éducatif.
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here