PARTAGER
Serigne Mbaye Thiam.

En se basant sur un rapport de l’Autorité de régulation des marchés publics qui révèle «des fraudes» et «manquements» aux procédures de marchés publics du ministère de l’Education nationale, Dame Mbodji a saisi l’Ofnac pour que la lumière soit apportée sur «ces  fautes de gestion» qu’il impute à Serigne Mbaye Thiam, qui dénonce aussi un acharnement sans fondement et d’une volonté manifeste de nuire.

Le Directoire national du Cusems authentique vilipende la gestion de Serigne Mbaye Thiam et saisit l’Office national de lutte contre la fraude et la concussion (Ofnac). Les syndicalistes reprochent au ministre de l’Education des cas de fraude et de prévarication relevés par l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp) dans son rapport définitif. Selon les syndicalistes qui citent le rapport de l’Armp, Serigne Mbaye Thiam a créé au sein du ministère de l’Education nationale, «des commissions internes non habilitées, chargées du dépouillement des Demandes de renseignements de prix (Drp) en violation de la réglementation des marchés publics».
Le Directoire du Cusems authentique relève ainsi plusieurs manquements concernant par exemple l’acquisition de manuels scolaires de la 1ère étape du curriculum en approche par les compétences en deux lots attribués respectivement aux éditions des Ecoles Nouvelles africaines du Sénégal et aux Hachettes livres Sa. Selon toujours le Directoire du Cusems authentique, l’Armp a souligné «l’absence de l’avis de la Dcmp sur le dossier d’appel d’offres, et l’absence de la preuve de transmission du procès-verbal d’ouverture des offres».
Il en est de même pour le marché de construction de 11 collèges de proximité de type rural dans les régions de Dakar, Thiès, Diourbel et Fatick. Egalement, de l’avis des syndicalistes, les travaux de construction des neuf collèges de type rural dans les régions de Kaffrine, Saint-Louis et Matam, 10 classes additionnelles au niveau des Cem des régions de Dakar, Matam, Diourbel, Tamba, Thiès, Saint-Louis et Fatick attribués en cinq lots n’ont pas été épargnés. Le Directoire déplore les «sommes faramineuses affectées de façon nébuleuse aux travaux de réhabilitation des lycées Mariama Ba de Gorée et Ameth Fall de Saint-Louis».
En outre, selon toujours le Directoire du Cusems/A, l’Armp a affirmé «n’avoir obtenu aucun document relatif aux marchés de travaux de réhabilitation d’infrastructures scolaires et murs de clôture dans les établissements scolaires du Sénégal attribués en quinze lots ainsi que la construction de 670 salles de classe de l’élémentaire dans les régions de Dakar, Kédougou, Kolda, Matam, Saint-Louis, Tamba et Thiès». A cet effet, fait remarquer le communiqué, l’Armp a été incapable de se prononcer sur les procédures de passation et d’exécution de ces marchés dont, ajoute-t-il, seuls les contrats signés avec les titulaires ont été mis à sa disposition. Le Directoire du Cusems/A, qui a ainsi relevé dans le communiqué beaucoup de «manquements» et de «nébuleuses» soit dans les travaux de construction d’infrastructures soit dans les procédures d’acquisition de manuels scolaires pour des sommes «faramineuses», demande à l’Ofnac d’enquêter afin que toute la lumière soit faite sur cette gestion «calamiteuse  des ressources publiques de notre pays pour que le procureur de la République soit saisi et que la loi soit appliquée dans toute sa rigueur», lit-on dans le communiqué.
Justifiant la saisine de l’Ofnac, les syndicalistes indiquent que dans un contexte «où l’école sénégalaise traverse une crise majeure et où l’Etat du Sénégal doit énormément d’argent aux enseignants en termes de rappels d’avancement, de validation et d’intégration, il est inadmissible que des ressources publiques aussi importantes, soient détournées sans coup férir», soutiennent-ils.

Le ministère parle d’acharnement et brandit ses preuves
En réaction, le ministère de l’Education nationale dément les accusations portées par le Cusems/A. Selon le coordonnateur de la Cellule de passation des marchés au ministère de l’Education nationale, Dame Mbodji, Secrétaire général du Cusems/A, est coutumier des faits. Il le qualifie d’ailleurs «d’obsédé hystérique» et qualifie son syndicat de non représentatif avec «446 voix, sur près 97 000 enseignants que compte notre pays, représentant moins de 2% de son collège électoral», se défend-il.
Apportant des réponses aux accusations du Secrétaire général du Cusems/A, il précise que pour le marché d’acquisition de manuels de la 1ère étape, il a été conclu à l’issue d’une procédure d’appel d’offres international dont l’avis a été publié dans Le Soleil du 27 mai 2013, suite à l’avis de non-objection de la Dcmp et du Comité de règlement des différends de l’Armp. Pour les deux marchés de travaux des 11 et 9 collèges, les appels ont été lancés dans Le Soleil du 14 décembre 2013 après que leurs dossiers d’appel d’offres ont reçu un avis de non-objection de la Dcmp par lettre du 10 décembre 2013. Quant aux deux marchés de réhabilitation des lycées Mariama Ba de Gorée et Ameth Fall de Saint-Louis, ils ont été passés à l’issue d’une procédure d’appel d’offres national suite à l’avis de non-objection de la Dcmp par lettre du 10 décembre 2013. «Est-il besoin de répondre sur la consistance et l’étendue des travaux qui y ont été réalisés lorsque tous les occupants et usagers de ces établissements peuvent les constater et en témoigner», s’est-il demandé. Des références précises, «qui prouvent que tous les marchés incriminés par M. Mbodj ont été exécutés conformément aux dispositions réglementaires régissant la passation des marchés publics». Le ministère de l’Education estime en outre que ces accusations relèvent «encore une fois, d’un acharnement que tout le monde aura constaté et d’une volonté manifeste de nuire».
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here