PARTAGER

Dans une «Etude nationale sur les enfants et les jeunes hors du système éducatif au Sénégal», l’Usaid révèle que «20% des enfants et jeunes de 6 à 16 ans scolarisés sont à risque de décrochage scolaire, soit un élève sur cinq». Les résultats ont été présentés hier à la presse devant le ministre de l’Education nationale alors que le rapport complet sera publié le mois prochain.

On a beau investir dans l’éducation, mais si on n’arrive pas à maintenir les élèves dans le système, les efforts consentis seront vains. Bien que de lourds investissements soient faits, il reste cependant beaucoup de défis à relever, notamment le maintien des élèves à l’école. Les résultats de l’Etude nationale sur les enfants et les jeunes hors du système éducatif au Sénégal, menée par l’Usaid et dont le rapport sera publié le mois prochain, donne déjà un aperçu atterrant : «20% des enfants et jeunes de 6 à 16 ans scolarisés sont à risque de décrochage scolaire, soit un élève sur cinq. La proportion d’enfants et de jeunes à risque de décrochage est sensiblement plus élevée chez les jeunes de 12 à 16 ans (20,4%) que chez les enfants de 6 à 11 ans (19,7%) et un peu plus en milieu rural (21,3%) qu’en milieu urbain (17,8%). En milieu rural, les garçons (21,9%) sont plus exposés au décrochage scolaire que les filles (20,6%), tandis que dans le milieu urbain ces dernières sont davantage exposées au risque de décrochage (20,3%) que les garçons (16,9%). Les enfants exerçant une activité génératrice de revenus après l’école ainsi que ceux n’ayant pas fréquenté le préscolaire (daara ou maternelle) avant le formel sont plus prédisposés au décrochage scolaire.» Les résultats des travaux ont été présentés hier à la presse devant le ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam. La situation scolaire des enfants au Sénégal, selon l’étude, montre que 29,3% des enfants, âgés entre 6 et 16 ans, ne sont jamais scolarisés, 8% sont déscolarisés et les 62,7% sont scolarisés. Alors que pour ceux qui se situent dans la tranche d’âge 6-11 ans, 31,2% n’ont jamais été à l’école, 3,2% sont déscolarisés et les 65,6% fréquentent l’école. Quant aux enfants dont la tranche d’âge est comprise entre 12 et 16 ans, 58,8% sont scolarisés, 26,6% ne connaissent pas le chemin de l’école et 14,6% sont déscolarisés. Pour ce qui est du décrochage scolaire au niveau national par rapport à la tranche d’âge 6 à 11 ans, les régions de Kaolack, Saint-Louis et Sédhiou ont les taux les plus élevés avec respectivement 5,6% et 4,7%. Et pour les enfants âgés de 12 à 16 ans, Matam, Kaolack et Saint-Louis sont les championnes avec 24,7%, 21,6% et 20,2%.
L’enquête a aussi révélé les chiffres sur les enfants présents dans la rue. Les résultats ont dénombré au total 632 dont 400 talibés, 67 enfants vivant dans la rue et 165 qui exercent dans la rue. Parmi les raisons de non-scolarisation des enfants donnés par les parents, il y a les croyances religieuses et les déterminants socioculturels, le manque de moyens financiers, la distance des écoles. Et entre autres recommandations, on peut citer la mise en œuvre effective de la gratuité intégrale de tous les frais scolaires indispensables pour tous les élèves et la mise à disposition des fournitures scolaires pour les élèves issus de familles pauvres.
Ces résultats sont rendus possibles grâce aux entretiens individuels, mais aussi au «focus-groups» avec les acteurs du milieu scolaire, sans oublier les enquêtes approfondies dans 8 régions. Dans les 14 régions du pays, les services de l’Usaid ont effectué leur enquête auprès de 9 505 ménages, soit un taux de couverture de 94,8% sur 10 mille 020 familles ciblées au départ.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here