PARTAGER

(Envoyée spéciale à Louga) – A Louga, Serigne Mbaye Thiam a lancé le projet d’éducation inclusive en partenariat avec Sightsavers. Un projet de 384 millions de francs Cfa. Il concerne, pour le moment, les régions de Louga et de Kaolack pour la période 2017-2021. L’école 1, située près de la mairie de la ville de Louga, va accueillir ces salles de classe. «Elle a été préparée avec des rampes et un personnel enseignant formé pour mieux prendre en charge cette catégorie d’enfants à besoins éducatifs spéciaux à côté de leurs autres camarades.» A travers ce projet, les autorités en charge de l’éducation promeuvent une éducation accessible, équitable continue et durable plus particulièrement pour les enfants en situation de handicap. Jusque-là, il n’y a que 4 institutions spécialisées pour la prise en charge des d’enfants à besoins éducatifs spéciaux. Il s’agit, selon l’autorité, de l’Institut national de l’éducation et la formation des jeunes aveugles du Sénégal (Inefja), du Centre verbo-tonal, du Centre pour les déficients mentaux et du Centre Talibou Dabo. Malgré la mise en œuvre de ces mécanismes, l’Etat peine à assurer aux enfants en situation de handicap, une éducation. D’où la nécessité d’initier l’éducation inclusive.
Tout de même, il faut reconnaître que l’éducation inclusive reste un énorme défi pour l’Etat. Puisque ce modèle d’enseignement n’est qu’à son début. A part le projet lancé ce mardi à Louga, seules trois Inspections d’académie font l’éducation inclusive pour un nombre total de 165 élèves non-voyants, révèle Serigne Mbaye Thiam.
Or, souligne le ministre de l’Education nationale, des milliers d’enfants en situation de handicap restent en dehors du système éducatif. Pourtant, note l’autorité, il y a des possibilités qui s’offrent à ces jeunes. Le ministre cite Madiagne Diagne en exemple. «Ce non-voyant, agent du ministère de l’Edu­cation nationale, à la Direction de l’élémentaire, est un produit de l’Inefja», témoigne le ministre. Après avoir décroché le baccalauréat, l’homme est allé à l’étranger pour continuer ses études. Il est revenu, selon le ministre, avec un master pour servir son pays à travers le ministère de l’Education nationale. Pour Serigne Mbaye Thiam, cet homme interpelle le gouvernement pour qu’il sache qu’il doit relever le défi de l’éducation inclusive et permettre aux mil­liers d’enfants en situation de handicap, d’étudier et de servir leur pays.
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here