PARTAGER
Le nouveau ministre-conseiller du président de la République, Jean Pierre Senghor, a parrainé la remise des prix à Bounkiling.

L’Inspection départementale de l’éducation et de la formation (Ief) de Bounkiling a fêté samedi dernier ses meilleures élèves filles en présence du parrain de la manifestation, le nouveau ministre-conseiller du président de la République, Jean Pierre Senghor. Les lauréates, une vingtaine, sont issues des établissements primaires et de ceux du moyen secondaire du département. Sélectionnées sur la base de leurs performances scolaires du premier semestre de l’année en cours, elles ont reçu un kit scolaire comportant des matériels géométriques, des dictionnaires, des ordinateurs portables, entre autres outils scolaires.

Le département de Bounkiling, situé dans la région de Sédhiou, fête ses meilleures élèves. Et c’est à travers une cérémonie de remise de récompenses tenue ce samedi à la maison des jeunes de la commune de Bounkiling que les performances scolaires de ces meilleures élèves filles du département de Bounkiling ont été célébrées. Cette rencontre a enregistré la présence des acteurs de l’éduction et du parrain Jean Pierre Senghor, le tout nouveau ministre-conseiller du président de la République, qui vient ainsi de faire sa première sortie depuis sa nomination survenue près de deux mois après son limogeage à la tête du Prodac.
L’occasion a été saisie par l’Ief, à travers le bureau genre, de revenir sur la problématique de l’éducation des filles dans cette partie nord de la région de Sédhiou. «Les statistiques les concernant sont en effet préoccupantes», souligne Khardiata Guèye Niang, à l’intention d’un public composé de parents, d’élus, d’enseignants, de techniciens de l’éducation…
Ces indicateurs qui affichent le rouge se caractérisent d’abord par la faiblesse des taux de préscolarisation et de scolarisation et reste en deçà du niveau régional voire national. En effet, «le Taux brut de scolarisation (Tbps) est de 8,74% contre 26,90% pour la région et 19,20% au niveau national. Au niveau des collèges, le Tbs chez les filles ne se porte pas mieux : C’est 27,61% contre 54,8% pour la région et 70,7% au niveau national».

Pour le maintien des filles à l’école
Donnant les raisons de cette contre-performance chronique, Madame Niang explique que «ce décrochage excessif de filles s’explique dans une large mesure par les mariages et grossesses précoces, mais aussi dans de nombreux cas par les travaux domestiques démesurés auxquels s’adonnent les filles».
Pour mettre fin à ce fléau qui compromet la scolarisation des filles, elle a lancé un vibrant appel à la mobilisation de toutes les forces et les intelligences pour un «accès massif et une réussite des filles à l’école, mais aussi pour une amélioration significative de leurs performances».
Dans un discours aux allures d’un véritable plaidoyer, Khar­diata Guèye Niang rappelle que «les filles ont besoin d’être soutenues, encouragées et protégées».

Invite à la persévérance
Le marrain, le maire de la commune de Bounkiling, le président du Conseil départemental, tout comme le préfet qui a présidé la cérémonie ont exhorté aussi les lauréates à persévérer dans le travail. Ils ont relevé que la reconnaissance publique des mérites des filles les engage désormais à persévérer dans la voie qu’elles ont choisie : Celle de l’excellence. «L’école de Boun­kiling se veut une école de référence. Une école qui relève les défis et fait de la qualité, de la performance et de la culture du mérite les fondements de son essor et de sa stabilité.» Dès lors, les élèves, à côté de leurs maîtres et professeurs sont invitées à s’investir sans relâche dans le travail.
Conscient que les filles constituent une cible vulnérable qui plombe les résultats scolaires du fait de leur décrochage souvent précoce, l’Ief, à travers cette initiative, souhaite que «cette journée puisse servir de déclic pour une réflexion approfondie sur le rôle et la responsabilité de chacun et de tous». Et les filles dans cette quête sont appelées à pleinement jouer leur partition en refusant de «se donner sur un plateau d’argent», recommande fortement le préfet.
Enfin, le comité d’organisation qui, le temps d’une journée d’excellence, s’est réjoui de la belle mobilisation des communautés autour de l’école, reconnaît qu’il a bénéficié «de l’élan de générosité du ministre conseiller qui n’a pas lésiné sur les moyens pour que les filles travailleuses soient bien récompensées». «Les autres partenaires de cette manifestations sont le Conseil départemental, les maires et le gérant de la librairie, Al Amine, et toutes les individualités qui se sont signalées pour la promotion des filles dans le département», renseigne le comité d’organisation.
Pour pérenniser l’événement, des acteurs de l’éducation sont invités à œuvrer en synergie pour une meilleure valorisation du potentiel féminin.
Le parrain, Jean Pierre Senghor, a pour sa part pris l’engagement de toujours répondre à l’appel des communautés pour porter sa pierre à l’édifice d’une région où tout est priorité et dont le salut passe par la valorisation de la terre et surtout du capital humain comme le sous-tend le Plan Sénégal émergent (Pse).
odemba@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here